Encyclopédie de l'Aleka

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
26 sept. 2016 21:11
Volume 6 : Économie et Maitrise du Territoire


Chapitre 2 : Les transports et l'infrastructure

Image

Transports routiers

Une société dispose du monopole des autoroutes et des péages c'est la Transnet =

Image


Société fondée et détenue par l'état elle est chargée de construire puis d'entretenir les infrastructures de transports routiers et tout le commerce qui va autour.
Nos autoroutes forment un maillage très serré desservant la totalité du territoire : c'est le moyen de transport alekan par excellence et ce surtout pour quitter Moonhoek en direction du Grand Escarpement .
Le réseau compte déjà un grand nombre de voies aux normes autoroutières et d'autres sont en projet !

Nos autoroutes sont standardisées sur un modèle classique : 2 voies dans chaque sens donc 4 voies
au total qui sont séparées l'une de l'autre par un terre-plein central et deux terres-pleins annexes .

Le réseau routier alekan se subdivise en trois niveaux distincts :

1) Les bundesautobahnen
2) Les voies express régionales
3) Les routes provinciales

Les bundesautobahnen sont deux autoroutes séparées dont le trajet est extrêmement rectiligne et construites selon un tracé permettant qu'elles soient très larges et pratiquement sans virages perceptibles .
Sur les bundesautobahnen il n'y a pas de limitations de vitesse : Seulement une vitesse maximale suggérée sur des panneaux dans le terre plein central par le constructeur. Au delà de ce seuil fixé à 150 km/h les assurances sont en droit de refuser de vous rembourser, au cas où vous vous retrouvez dans un accident alors que en dessous de ce seuil elles ont au contraire l'obligation si ce n'est pas de votre faute de vous rembourser.

La première construite dans l'ordre chronologique et aussi la plus longue est celle longeant la côte Sud du pays sur presque toute sa longueur, depuis Moonhoek jusqu'à Port-Élisabeth d'où son nom : "La Méridionale" !
La seconde construite dans l'ordre chronologique et aussi la plus longue est celle partant de Bloomfontein à son bout au Sud et traversant le Grand Karoo jusqu'à Kirkenesburg avant de bifurquer vers l'Ouest jusqu'à Dorban de sorte que le trajet passe à travers trois provinces d'où son nom : "La Multiprovinciale" !


Les voies express régionales sont quand à elles des autoroutes moins larges et moins rectilignes avec des virages plus serrés qui ont abouti à ce qu'en 2038 soit imposée une limitation de vitesse à 140 km/h sur toutes les VER alors qu'elles étaient encore récemment sans limitations comme les bundesautobahnen ...
En revanche les VER vont beaucoup plus haut en altitude ! Dans le système officiel de mesure de l'altitude qui est couramment employé par le Ministère pour la Maîtrise du Territoire et divisé en neuf niveaux le plus haut en altitude que vont les bundesautobahnen est le niveau 4, alors que les VER montent jusqu'au niveau 7, avec trois passes de haute montagne situées à ce niveau !


Pour utiliser une VER ou une autobahn il faut payer, en général à peu près une centaine de Rands mais le prix peut beaucoup varier, selon le type de véhicule et le nombre de passagers car afin d'encourager le covoiturage le prix est plus lourd si il n'y a dans le véhicule qu'un seul passager.
Les péages sont possédés et exploités par l'entreprise d'état Transnet qui dépend de ça et des subsides publics pour construire de nouvelles lignes et pour celles existantes de les entretenir, la compagnie n'ayant pas pour but de reverser des dividendes à son actionnaire majoritaire qu'est l'état mais juste de s'en autofinancer.


En parallèle aux expressways il y a les routes provinciales qui est un terme recouvrant toutes les routes à une voie par sens sans séparation entre les deux voies qui commencent et finissent dans la même province et dont la construction puis l'entretien sont à la charge de la susdite province : Sur les routes provinciales la limitation de vitesse dépend de chaque province qui est autorisée par le gouvernement fédéral à la fixer.

Transports ferroviaires

Le réseau ferroviaire national est en réalité en deux parties =
  • Un réseau plutôt ancien construit en seize vagues successives entre 1872 et 1995 , sur lequel les trains roulent en moyenne de 100 à 160 km/h et qui interconnecte la totalité des capitales des provinces de l'Aleka et des bantoustans mais sans ligne entre Moonhoek et Port-Élisabeth .
    Les lignes de ce réseau sont toutes , sans aucune exception , en voie étroite de 1067 mm .
  • Et une ligne unique ultra-moderne que l'on appelle Goldtrain construit entre avec des trains roulant de 210 à 245 km/h de vitesse commerciale !
    Les lignes de ce réseau sont toutes , sans aucune exception , en voie occidentale de 1435 mm .
Le pays ne dispose pas à l'heure actuelle des moyens de s'équiper d'un réseau TGV et Transnet y a définitivement renoncé au vu de la taille du pays qui est insuffisante pour rentabiliser des vitesses supérieures par conséquent nos lignes demeurent des voies classiques .
Mais en contre-partie puisque nous n'avons pas à nous soucier de la vitesse nous avons misé sur le confort !
De plus la nouvelle ligne est construite sur les dernières normes environnementales : le bruit est réduit de 45 % par rapport aux lignes similaires de par le monde et de nombreux tunnels pour animaux ont été installés afin de ne pas perturber les flux de migration animale entre les deux côtés de la ligne .

La seule et unique société du domaine ferroviaire est la société d'état Transnet :

Image


Transnet propose des services adaptés à tout les clients ! Les usagers d'un jour, qu'ils soient des étrangers en tourisme ou des inconditionnels de la voiture et de l'avion , peuvent prendre un billet unitaire donc pour un seul voyage tandis que les utilisateurs réguliers voire quotidiens ont plutôt intérêt acquérir un Net-Pass qui est une carte magnétique offrant un accès illimité en temps et quantité à l'ensemble du réseau sans aucune exception . Son prix peut varier là aussi en fonction de la classe voulue et de la durée de validité entre une classe standard sur un mois qui est l'offre plancher requérable et l'offre ultima premium pour une classe affaires sur quatre ans .

Jusqu'à récemment , les trains étaient divisés en quatre classes qualifiées par couleurs .
Toutefois un avis de la Cour Suprême de la Confédération d'Algarbe du Sud du 16 Septembre 2026 a rendu ce classement illégal au motif qu'il tenait de la ségrégation sociale , aussi la Transnet a été obligée de restructurer dans son ensemble son système et depuis le 1er Janvier 2027, il n'existe plus que deux classes : Standard ou Affaires en sachant que le prix de la classe supérieure ne doit pas dépasser 200 % du prix de la classe Standard .
  • Classe Standard :
    • Sièges semi-inclinables
    • Revêtement en textile synthétique
    • Repose-pieds minimal
    • Une rangée de 3 sièges d'un coté et de 2 de l'autre
  • Classe Affaires :
    • Sièges convertibles en lits
    • Revêtement en cuir naturel
    • Prise électrique
    • Lap-top réversible
    • Internet gratuit au sens où c'est inclut dans le prix du ticket
    • Une rangée de 2 sièges d'un coté et d'un seul de l'autre

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
27 sept. 2016 16:34
Volume 7 : Santé et éducation


Chapitre 1 : La santé

La santé en Aleka est gratuite à l'usage par le citoyen : garantie par la Constitution !
Tout les praticiens de santé sont affiliés à une entreprise unique : Medicare , qui les rémunère et perçoit les contributions des citoyens et des entreprises pour ce faire et acheter le matériel .
Le budget de l'entreprise est géré à la journée , de manière à limiter les dépenses et les prélèvements sur la population par une réévaluation quotidienne des seconds en fonction des premières .
La santé et la vie sociale forme une part cruciale du budget gouvernemental et le poste de ministre affecté(e) à cette fonction est très convoitée car très visible .
  • Confédération d'Algarbe du Sud
    • Moyenne d'espérance de vie : 61 ans
      • Pour les hommes : 59 ans
        Pour les femmes : 63 ans
    République d'Aleka
    • Moyenne d'espérance de vie : 84 ans
      • Pour les hommes : 80 ans
        Pour les femmes : 87 ans
Comme le montre ces données , la balance confédérale cache un furieux contraste entre d'un côté la population blanche qui jouit d'une des plus hautes espérances de vie au monde et de l'autre côté la population noire vivant en bantoustan et qui elle souffre d'une espérance de vie ultracourte malgré le droit garanti aux noirs de pouvoir venir profiter gratuitement de la santé d'Aleka en cas de problèmes que la médecine locale du bantoustan ne pourrait traiter.

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
27 sept. 2016 22:02
Volume 7 : Santé et éducation


Chapitre 2 : L'éducation nationale

Introduction

Article 3 de la Loi Fondamentale
L'instruction est gratuite , obligatoire et universelle pour tout les enfants de la Nation sans distinction aucune , indépendamment de toute considération de couleur, de sexe , de langue , de religion ou d’opinion politique ou autre de l’enfant ou de ses parents ou représentants légaux , de leur origine nationale , ethnique ou sociale , de leur situation de fortune , de leur incapacité , de leur naissance ou de toute autre situation .

Qu'elle soit accompli à domicile ou en institution d'état est un choix fait en fonction du mieux possible à disposition et qui doit rester le privilège des parents de l'enfant .
En République d'Aleka et dans le bantoustan du Panskai , seul l'état d'une part et les parents d'autre part à travers l'instruction à domicile ont le droit de gérer l'instruction de leurs enfants .
Les institutions scolaires privées y sont interdites en dessous du niveau du Zweindeksam .

Chaque institution scolaire est sous l'autorité du Ministère de l’Éducation Nationale qui gère le budget et les ressources humaines à l'échelon national et conçoit les programmes scolaires .
La gestion du personnel local est toutefois laissée à l'appréciation des établissements qui peuvent embaucher ou licencier un professeur en fonction des besoins en puisant dans le pool national des professeurs disponibles car habilités mais sans affectation . Les embauches ou licenciements se font par un conseil décisionnaire composé de la totalité du personnel enseignant du susdit établissement ainsi que du directeur, et ces décisions se prennent à la majorité qualifiée des 2 Tiers .

L'année scolaire


Puisque l'Algarbe du Sud se situe dans l'hémisphère Sud en zone tempérée chaude le climat ici est à l'inverse de ce qu'il est dans l'hémisphère Nord dans le même jour, et donc l'année scolaire reflète cette inversion .
  • Premier semestre : Premier Lundi de Février <-> Avant-dernier Vendredi de Juin
    • 1er Trimestre : Premier Lundi de Février <-> Weekend de Pâques
    • 2ème Trimestre : Mardi après le Lundi de Pâques <-> Avant-dernier Vendredi de Juin
  • Second semestre : Avant-dernier Lundi de Juillet <-> 1er Vendredi de Décembre
    • 3ème Trimestre : Avant-dernier Lundi de Juillet <-> Dernier Vendredi de Septembre
    • 4ème Trimestre : Premier Lundi d'Octobre <-> Premier Vendredi de Décembre

Premier cycle


Les enfants peuvent entrer au Kindergarten ( équivalent IRL de l'école maternelle ) dés l'age de 4 ans avec un cursus durant jusqu'à l'age de 8 ans . Son inscription est optionnelle mais fortement conseillée car toutes les études démontrent des résultats probants : les enfants ayant suivi le Kindergarten suivent mieux le reste de leur scolarité et sont plus calmes à leur entrée à l'école élémentaire !

On leur apprend au fur et à mesure des quatre années le gout du sport , le respect et l'obéissance à la hiérarchie à travers des jeux techniques et physiques et durant la dernière année on leur apprend la lecture et la mathématique élémentaire à la fin de laquelle ( l'enfant a alors 7 ou 8 ans ) ils sont normalement prêts à intégrer le palier suivant qu'est l'école élémentaire .

Second Cycle

  • Première année = 8 ans
  • Deuxième année = 9 ans
  • Troisième année = 10 ans
  • Quatrième année = 11 ans
  • Cinquième année = 12 ans
  • Sixième année = 13 ans
  • Septième année = 14 ans
    • Ersteindeksam 2ème année = 15 ans
    • Ersteindeksam 3ème année = 16 ans
A 8 ans , tout les enfants sont tenus d'intégrer les Laerskool , l'instruction passe en obligatoire .

A la fin de la 7ème année est un examen sur 2 ans , l'Ersteindeksam .
Il contrôle le niveau des élèves = ceux ayant obtenu plus de 500/1000 obtiennent le brevet et ceux qui dépasse 875/1000 peuvent suivre un programme spécial de 2 ans qui leur permettra de passer un second examen qui garantit aux élèves brillants mais qui auraient échoué durant le lycée et ce grâce à un contrat global passé entre l’Éducation Nationale et les grandes entreprises un accès direct aux postes intermédiaires de celles-ci , avec un salaire garanti d'office .
Parmi les élèves , on appelle cela le cuvage ...

On choisit en fin de 4ème année pour une 5ème année personnalisée .

Journée officielle de Laerskool :
  • 8 H : Réveil

    9 H : Début des cours

    11 H : Fin des cours de la matinée

    12 H : Début des cours de l'après-midi

    14 H : Fin des cours de l'après-midi

Troisième cycle

Le troisième cycle mêle lycée et université dans une approche inédite !
  • Première année de socle commun : 15 ans
  • Seconde année de socle commun : 16 ans
  • Première année de programme spécifié : 17 ans
  • Deuxième année de programme spécifié : 18 ans
  • Troisième année de programme spécifié : 19 ans
  • Quatrième année de programme spécifié : 20 ans
  • Cinquième année de programme spécifié : 21 ans
Après l'Ersteindeksam , l'élève si il l'a réussi , intègre l'Hoërskool pour un socle commun national de deux ans où à la fin de la deuxième année , le Conseil de Classe choisit en accord avec l'élève et ses parents/tuteurs 4 matières pour lesquels tout ses cours des années suivantes seront axés .
A comprendre : l'élève ne choisit pas une filière ( S , ES ou L ... etc ... ) mais un quartet de matières à approfondir ! Le Bac ne récompense pas une orientation professionnelle mais les connaissances de quatre matières et ce indépendamment les unes des autres !

A la fin de la cinquième année de programme spécifié , l'élève a entre 21 et 22 ans , c'est l'examen final qui terrorise les gosses et leurs parents à travers tout l'Aleka = Le Zweindeksam !

Un checking total de l'ensemble des connaissances et des capacités accumulées en cinq ans d'étude dans les quatre matières définies au préalable par l'élève .
A la fin de la cinquième année un examen général en deux parties contrôle le niveau des élèves =
Ceux ayant obtenu plus de 500/1000 obtiennent le brevet et ceux qui dépasse 875/1000 peuvent suivre un programme spécial de 2 ans qui leur permettra de passer un second examen qui offre un accès direct aux grandes écoles avec une pension garantie .
Parmi les élèves , on appelle cela le cuvage ...

Voici la journée officielle d'Hoërskool pour tout les élèves :
  • 6 H : Réveil

    7 H : Début des cours

    11 H 30 : Fin des cours de la matinée

    11 H 30 à 12 H 30 : Pause déjeuner

    12 H 30 : Reprise des cours pour l'après-midi

    15 H : Fin des cours d'après-midi

    15 H à 17 H : Cours de théâtre ou de sport ( optionnels )

    17 H : Fermeture de l'établissement

Enseignement Supérieur

Il est scindé en 2 branches entre l'université qui forme les étudiants en faculté et principalement à servir dans le domaine privé d'une part et les classes préparatoires puis les grandes écoles , qui elles recrutent et forment les étudiants à devenir cadres d'état d'autre part .
A savoir que la différence entre l'université et la faculté est d'ordre technique : la première est financée par l'état tandis que la seconde est financée par la municipalité mais dans tout les cas ce sont des institutions financées et gérées par l'état qui jouit d'un monopole sur l'éducation .

Université

  • Ses atouts
    • Une très large autonomie
      Accent sur la créativité
      Programme diversifiés et personnalisables
      Plusieurs degrés de diplômes , adaptés à chacun
      Panel immense d'application des diplômes ainsi obtenus
    Et inconvénients
    • Risques très élevés de décrochage dans les 1ères années
      Vous êtes livrés à vous-mêmes , aucun accompagnement possible
Classes Préparatoires

  • Ses atouts
    • Offre le cadre restreint et sécurisant de l'Ōkina kōtō pour plusieurs années supplémentaires
      Accompagnement personnalisé et permanent
      Permet de tisser des liens utiles pour la vie professionnelle
      Interconnexion entre les matières renforcée
    Et inconvénients
    • Une charge de travail assommante , jusqu'à 70 heures par semaine
      Aucun effort de créativité à faire, elle est même plutôt déconseillée
      Solitude dans le travail
      Beaucoup de par cœur
      Une exigence très élevée et ininterrompue de la part des professeurs

Nos diplômes officiellement reconnus

Licence : s'obtient en 2 ans
Master : s'obtient en 5 ans avec une année finale destinée à la soutenance d'une thèse
Doctorat : s'obtient en 10 ans dont 3 années finales destinées à la soutenance d'une thèse

Diplômes possibles :
  • Licence
    • Domaine littéraire
      • Histoire-Géographie généraliste
      • Langues orientales
      • Langues occidentales
    • Domaine scientifique
      • Sciences naturelles
      • Chimie
      • Mathématiques
      • Astronomie
  • Master
    • Domaine littéraire
      • Histoire ( contemporaine , ancienne , étrangère )
      • Géographie ( naturelle , humaine+politique )
      • Langues orientales
      • Langues occidentales
      • Philosophie
      • Langues anciennes dytoliennes ( hyléen ancien et latin )
    • Domaine scientifique
      • Thermophysique
      • Physique nucléaire
      • Zoologie
      • Minéralogie
      • Botanique et Biologie végétale
      • Médecine basique
  • Doctorat
    • Domaine littéraire
      • Théologie occidentale ( catholicisme , protestantisme )
      • Théologie orientale ( shintoïsme )
      • Droit commun
      • Droit étranger
      • Sciences Politiques
    • Domaine scientifique
      • Médecine généraliste
      • Médecine spécialisée ( optique , dentaire ... etc ... )
      • Médecine animale
      • Acupuncture
      • Pharmacologie

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
29 sept. 2016 07:13
Volume 8 : la Culture


Chapitre 1 : l'Architecture

L'Algarbe du Sud est comme la plupart des pays et encore plus spécifiquement elle un véritable fourre-tout architectural où l'on retrouvent toutes les tendances et des styles qui s'entrechoquent pour former un patchwork décousu parfois aberrant mais qui fait le charme de l'archipel .

Le style le plus connu et représenté à l'étranger, c'est bien sûr le Cape Fritz :

Image

Aujourd'hui les maisons d'époque en ce style-là se vendent pour des millions de Rand !
Mais il n'en a pas toujours été ainsi : pendant des décennies voire des siècle ce style fut méprisé et l'on eut aucun scrupule à en raser des centaines pour construire le downtown de Moonhoek ...
Car ce style est lourd d'histoire et de sens : il renvoie directement à " l'Alekanerité " , ce qui fut pendant très longtemps une honte à cause de la domination britannique , de par ses traits à la fois très Fritziens et en même temps tout à fait endémiques à l'ile .

Toutes les maisons en Cape Fritz ont le même schéma de base : une ligne blanche à toit de chaume avec porte d'entrée centrale signalée du reste par un pignon arrondi rappelant les pignons à échelons traditionnels que l'on peut encore aujourd'hui trouver au Fritzland ou en IJndenland .
Ce cerclage a été interprété par les Alekaners eux-mêmes comme étant un symbole de leur adaptation à ce nouveau monde et de la coupure assumée envers la Dytolie tout en restant en Occident .
Les murs blanchis à la chaux le sont tout simplement pour refroidir, naturellement , l'intérieur.
Quand à la chaume , c'est tout bonnement ce que les premiers colons Fritzlandais avaient de mieux et surtout d'immédiatement disponible à l'époque pour la construction de domiciles .

Ce style est revenu à la mode depuis la fin de la ségrégation esclavagiste à la fin des années 80 et de nombreux nouveaux logements ont adopté les murs blancs et le toit de chaume , comme un retour aux sources dans cette époque d'environnementalisme et de mode-isme exacerbés .
Ainsi avoir une maison bâtie dans le style Cape Fritz (et encore plus si elle est d'époque) est aujourd'hui considéré comme étant un indispensable du style de vie hipster, boboïsant et néo-rural .

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
01 oct. 2016 11:08
Volume 8 : la Culture


Chapitre 2 : La Littérature

L'Algarbe du Sud jouit d'une littérature très développée du fait de son très fort taux d'alphabétisation comparément au reste du continent et de sa grande pluralité linguistique .

La tradition la plus prégnante reste cependant à la considération de l'isiZulo et l'Alekâns comme les langues de prestige de la littérature nationale et l'immense majorité des œuvres populaires à succès sont écrites et diffusées dans ces deux langues car ce sont les deux langues les plus parlées au sein des communautés blanches et noires respectivement ce qui offre une meilleure visibilité .
Par contre les œuvres les plus empreints de mysticisme et de jeux de langue poétiques sont eux écrits et diffusées en isiSutho ou en inukshuk pour plus de confidentialité et de mystère ...

Les premières œuvres littéraires en Algarbe du Sud apparurent dés la fin du 17ème siècle avec de courts poèmes et des chants religieux écrits en Fritzlandais standard qui resta pendant deux siècles et demi la langue de prestige pour les germanophones : ce n'est qu'à partir des années 30 au XXème siècle que l'usage de l'Alekâns se standardise et devient acceptable parmi l'élite littéraire .

Bien que présents dés 1826 en Aleka dans la région de la péninsule orientale , les adélosaxons se sentaient tellement en infériorité numérique et littéraire qu'ils n'osaient pas s'aventurer sur ce terrain et il faudra attendre plus d'un demi-siècle pour que le briton s'impose comme langue d'écriture .

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
02 oct. 2016 22:34
Volume 8 : la Culture


Chapitre 3 : La Peinture

L'art de la peinture , contrairement à celui de la littérature , a toujours existé ici .
Les premiers habitants semi-nomades de l'ile d'Algarve n'avaient pas besoin d'une langue écrite pour communiquer, et ils ont légué à l'Algarbe du Sud parmi les plus belles et endurantes peintures qui soient à de nombreux endroits disséminés un peu partout sur l'ile et dans le temps .
Les plus anciennes peintures des Khoisans remonteraient à plus de 25'000 ans soit presque aussi loin dans le temps que les mythiques grottes peintes de Dytolie occidentale !

Puis arrivèrent les colons blancs Fritzlandophones qui s'installèrent au pied de la Tafelberg, dans l'anse chaude et bien protégée qui se situe entre celle-ci et le Cap de Grande Espérance .
Ils documentèrent abondamment cette fameuse " Montagne de la Table " qui leur sembla les regarder du haut de son plateau dont on sait que c'était un site sacré pour les Khoisans !

Et puis au fur et à mesure qu'arrivèrent des esclaves venus d'en dehors de l'ile , d'abord du reste du continent puis des territoires Fritz et britanniques de l'Orient , la peinture devint moins figurative et bien plus centrée sur l'expression de la couleur, des lignes et des émotions .

De nos jours , le cœur de la création artistique demeure les métropoles de Moonhoek et Dorban .
Ces villes sont à la fois cosmopolites , bien situées en paysages et assez aisées pour soutenir financièrement une vie d'artiste et surtout ont les mœurs les plus libérales de tout le pays .
Il y en a bien sûr partout dans le pays mais l'essentiel est produit dans ces deux grandes villes ...
Ainsi la plus grande exposition permanente de peintures est située à Pearl , près de Moonhoek !

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
02 oct. 2016 22:48
Volume 8 : la Culture


Chapitre 4 : La Musique

La musique en Algarbe du Sud se subdivise en trois grandes catégories majeures :
  1. le traditionnel
  2. le religieux
  3. le moderne
Avec celle du milieu interpénétrant les deux autres en fonction des besoins du public .

Le gros de la musique actuelle d'Algarbe du Sud est en Alekâns , en Briton ou en Inuit .
Et ce pour une bonne raison : les deux premières sont les plus parlées et la troisième est très fortement communautaire et garantit donc une fanbase solide et fidèle !
Paradoxalement , bien que le Briton soit la langue du travail , du commerce et de l'état c'est une langue qui demeurent profondément sous-représentée et sous-usitée par rapport à l'Alekâns !
Mais c'est là encore pas le fruit du hasard : il y a une entente tacite entre les deux communautés blanches de fixer un usage bien précis à chaque langue , et à ce que l'une n'empiète pas l'autre .
Le Briton sert pour le pratique de la vie , et l'Alekâns sert pour le beau , l'artistique !
Et puis de toutes façons , après tant de décennies de vie commune en plus de la compréhension mutuelle très facile entre les deux langues la plupart des locuteurs sont bilingues ou en tout cas savent saisir le sens global du discours dans l'autre langue ...

Voici une compilation donnant une idée générale de la scène musicale en Algarbe du Sud :

Erik Per Sullivan
Kurt Darren

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
02 oct. 2016 23:18
Volume 8 : la Culture


Chapitre 5 : Les Jours Fériés

Il existe en République d'Aleka onze jours fériés durant lesquelles tout les employés non-indispensables à la bonne marche du cœur fondamental de l'économie nationale ont l'interdiction de travailler.
Ceux dont le travail est absolument requis sont payés le triple pour compenser la perte du jour.
Les voici dans l'ordre chronologique de l'année :
  • 31 Décembre et 1er Janvier = Saint-Sylvestre
  • Le Vendredi d'avant le Dimanche de Pâques
  • Le Lundi suivant le Dimanche de Pâques
  • 1er Mai = Fête du Travail
  • 2 Mai = Jour du Souvenir pour Erwin Greengrass
  • 16 Juin = Journée Nationale pour la Jeunesse
  • 9 Août = Journée Nationale des Femmes
  • 24 Septembre = Journée de l'Héritage
  • 16 Décembre = Jour de Réconciliation
  • 24 + 25 Décembre = Fêtes de Noël
  • 26 Décembre = Jour de la Bonne Volonté
Si un jour férié tombe un Dimanche alors le jour travaillé suivant est automatiquement chômé .
Les patrons ont l'interdiction formelle d'obliger leurs salariés à venir travailler, et peuvent faire l'objet de lourdes poursuites judiciaires aux prud'hommes pour cet infringement du droit des travailleurs .
Les jours fériés d'état sont rémunérés mais au SMIC, du cadre au balayeur, y compris pour les patrons pour qui c'est souvent les seules journées où ils peuvent se reposer sans pertes financières .

Les bantoustans étant des états indépendants séparés de la République d'Aleka , les citoyens de ceux-ci et les alekans y travaillant ne sont pas couverts par les jours fériés d'Aleka , et chacun des bantoustans a son propre calendrier de jours fériés .

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
04 oct. 2016 13:56
Volume 8 : la Culture


Chapitre 5 : Le sport national

Le kickball est le sport national d'Aleka et très populaire aussi dans les bantoustans .
C'est un sport de combat territorial mêlant finesse et rapidité pour une violence extrême !

Les règles sont simples :
  • 2 équipes de trois (circuit court) ou neuf (circuit long) joueurs
    Dans chaque équipe il y a un membre ou groupe de défenseur, un milieu et un attaquant
    Utilisant des frisbees de la taille d'une assiette et/ou des balles de la taille d'un poing
    Il est autorisé de se servir d'un frisbee comme bouclier, contre d'autres ou des balles
    Sur un terrain hexagonal oblong coupé en deux territoires eux-mêmes en quatre zones
    Ce qui fait que le terrain de kickball compte au total huit territoires
    Il est interdit de faire sortir un joueur par les côtés latéraux du terrain
Image
Image
Image


Le jeu consiste à marquer des points en frappant le mur d'en face avec les projectiles : les frappes valent plus ou moins de points en fonction des acrobaties accomplies pour arriver à "caster" le but .

Le ou les milieux doi(ven)t se charger de marquer, ils ne font que ça et s'y consacrent totalement .
Le rôle des défenseurs et des attaquants c'est de perturber l'ennemi : les premiers en empêchant les projectiles ennemis de toucher leur mur, en encaissant eux-mêmes les chocs ou en les contrecarrant avec leurs propres projectiles pour les détourner, et les seconds en envoyant eux-mêmes des projectiles destinés à frapper l'ennemi pour le faire chuter.

Là le but est de pousser l'ennemi le plus loin possible de la ligne de démarcation en le matraquant à grands coups de frisbees ou de balles jusqu'à le faire sortir du terrain : le joueur ainsi éjecté est alors déclaré par l'arbitre comme étant "out", et ne peut revenir qu'au prochain round .
Être touché n'a aucune importance si ça ne fait pas sortir le joueur, et les touches ne sont comptées que pour départager en cas de match nul : celui qui en a fait le moins perd le match .

Au début du match , chaque équipe doit rester dans son demi-cercle au milieu du terrain .
Si un joueur est éjecté en dehors du demi-cercle et tombe dans le premier tiers ou pire dans le second ou troisième tiers il doit y rester, et ne pas en revenir jusqu'à nouvel ordre .
Si tout les membres d'une équipe sont sortis du demi-cercle , l'équipe adverse commence alors à prendre l'avantage sur eux et gagne le droit d'entrer dans l'autre moitié du demi-cercle et même voire plus si l'équipe en difficulté a reculé encore plus loin , mais attention ! Si elle choisit de s'avancer en territoire ennemi elle perd le droit de retourner dans le sien : le retour en arrière est prohibé .
Au fur et à mesure que la totalité d'une équipe recule l'autre y gagne du terrain ... etc ...
En revanche , si l'équipe en difficulté parvient à faire reculer tout les joueurs ennemis d'une zone alors elle peut elle aussi faire le chemin inverse et récupérer le territoire perdu !

Les matchs se jouent en 3 rounds : les deux premiers durent trois quarts d'heure et avant et après le second round il y a une pause de repos des joueurs d'un quart d'heure .
Un match dure donc environ trois heures ! C'est très physique et épuisant pour les joueurs .

La victoire dans chaque round revient à l'équipe ayant gagné le plus de territoire à la fin .
Cela veut dire qu'une équipe dont il ne reste qu'un seul joueur peut quand même gagner, si ce survivant parvient à lui seul à ce qu'à la fin son équipe ait le plus de territoires en main .
C'est certes rare mais c'est déjà arrivé plusieurs fois ...
Cela implique aussi que si à la fin du temps réglementaire les deux équipes sont sur la ligne de démarcation et qu'une d'elles a gagné un territoire mais pas l'autre et l'a perdu , c'est elle qui est déclarée vainqueur, car même si on compte avant tout la prise .

Si à la fin du temps réglementaire du round les deux équipes sont à égalité absolue , soit un round où aucune équipe n'a gagné ne serait-ce qu'un seul territoire alors il y a "tie-break" : mort subite .
Les deux équipes désignent un joueur, souvent le capitaine mais pas forcément , qui vont s'affronter en duel à mains nues dans le cercle central sans aucune intervention extérieure et c'est à celui qui tombe au sol plus de cinq secondes sans se relever qui perd le round .

Une autre façon de gagner est de réussir un K.O, soit de kicker tout les joueurs adverses non pas de la zone mais carrément du terrain dans un seul round et donne la victoire du match entier, peu importe les zones ni si le ou les précédents rounds furent perdus .
Ce qui veut dire qu'une équipe acculée sur son dernier territoire avec un seul joueur, pourrait théoriquement gagner un match sur le dernier round en ayant perdu les deux autres juste en poussant assez fort avec les balles et frisbees pour sortir du terrain toute l'équipe adverse !
Là encore , c'est rare mais c'est déjà arrivé plusieurs fois alors méfiance , on sait jamais ...


Les confrontations physiques directes entre les joueurs sont interdites en dehors des "tie-break".
Les contrevenants sont alors exclus d'office du match entier, et risquent d'autres sanctions .

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
06 nov. 2016 00:55
Volume 8 : la Culture


Chapitre 5 : La religion

En Algarbe du Sud , trois grandes religions se concurrencent sur le marché de la foi :
  • La chrétienté dytolique
  • Le shamanisme inuit
  • L'animisme bantou
Et le grand vainqueur, c'est clairement la chrétienté dytolique .
Arrivée ici dans les bagages du peuple Fritz à partir du XVIIème siècle , elle a imposé sa marque partout dans le paysage et les esprits avec d'innombrables églises et cathédrales et un effet latent encore perceptible aujourd'hui dans la mentalité blanche et encore plus les alekaners , obsédés à l'idée d'être un peuple meilleur que tout les autres car élu de Dieu en personne pour régner sur le continent noir.

Celle-ci se divise en 3 grandes tendances :
  • le protestantisme calviniste
  • le protestantisme anglican
  • le Kananeïsme
Ce que l'on appelle le Kananeïsme est une branche sécessionniste de la chrétienté dytolique unique à l'Aleka et qui est tellement divergente du tronc commun à la chrétienté en général qu'elle a même été qualifié à plusieurs reprises par plusieurs Papes successifs comme étant une "absolue hérésie", ou un "fourre-tout décousu"...
Car il s'agit d'un courant inclassable sur l'arbre de la chrétienté : par son refus du baptême à l'instar des anabaptistes il se place même en opposition frontale avec tout les autres courants de la chrétienté !
Et pourtant comme le catholicisme le Kananeïsme refuse la prédestination qui est centrale à toutes les dénominations protestantes alors même que comme elles le Kananeïsme refuse toute langue liturgique !

Le Kananeïsme est chapeauté par la Confédération des Églises Réformées d'Aleka .
Voici les points principaux du dogme de la CERA :
  • l'Ancien Testament et en particulier la Genèse et l'Exode sont à prendre comme une métaphore
  • Il n'y a aucune présence divine d'aucune sorte dans l'Eucharistie : c'est seulement une image
  • Le panthéisme est non-négociable : Dieu ne peut pas être en dehors du Temps puisqu'il est absolu
  • Tout est un et un est tout : parce que Dieu est le Temps et réciproquement il est tout autour de nous
  • Rejet par principe de toute langue liturgique : la foi ne peut être sincère qu'en langue vernaculaire
  • Il appartient à chaque individu de lire les Écritures par soi-même pour se construire sa propre foi
  • Le rôle de l'organisation terrestre qu'est la CERA n'est que de fournir une plateforme de soutien mutuel
  • Pas de baptême à la naissance : on ne peut être baptisé que quand on a choisit Dieu par soi-même
  • Personne n'est sauvé ni condamné d'avance et personne ne nait déjà membre de la CERA : on le devient
  • Les enfants doivent être initiés aux Écritures par leurs parents que quand ils sont en âge de comprendre
  • Mais doivent être élevés dès le plus jeune âge dans une atmosphère de stricte droiture morale
  • Les enfants ne sont invités à rejoindre l'église qu'à l'adolescence lorsqu'ils ont construit leur propre foi
Le Kananeïsme est tellement fort en Aleka qu'il a même unifié les deux solitudes de la race blanche que sont la communauté britophone et la communauté alekaner, qui se côtoient ainsi tout les Dimanches à l'église !
D'autant plus que l'écrasante majorité des blancs sont de toutes façons bilingues et qu'au pire l'alekâns ressemble fortement au briton ce qui fait que les anglophones n'ont aucun mal à suivre les prêches !

De très nombreux chanteurs populaires ont commencé comme enfants de chœur, et/ou par donner des concerts gratuits dans des ouvrages religieux avec des chansons à teneur religieuse .

D'un point de vue strictement dogmatique l'évangélisme insulaire d'Aleka prêche vigoureusement les principes de l'apartheid selon lequel les races ne doivent pas se mélanger.
Elles sont en un mouvement de développement égal mais séparé : Elle reconnait les relations sexuelles entre les races à condition que cela n'engendre point de descendance mixte .
Les enfants métis se voient refusés le baptême .

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
27 avr. 2017 23:38
Volume 8 : La Culture


Dernier Chapitre : Récapitulatif ethnoracial des cultures
  • Alekaners
    • Vivant largement à l'Ouest
    • Ruraux riches ou urbains pauvres
    • Protestants calvinistes
    • Première sur les 6 communautés blanches à être arrivées sur l'île
    • Tendance à être plus franc-jeu
    • Parlent mieux l'alekâns que le briton
    • Votent Bloc Démocratie ou Alekaner Weerstandbewegung
    • Préfèrent le kickball et le rugby
    • Globalement pour la sortie du Commonwealth
    • Très largement en faveur des armes à feu
  • Britonniques
    • Vivant largement à l'Est
    • Ruraux pauvres ou urbains riches
    • Protestants anglicans ou évangéliques
    • Derniers blancs à être arrivés sur l'île
    • Tendance à être "Stiff Upper Lip"
    • Parlent mieux le briton que l'alekâns
    • Votent Straightforward ou Parti Libéral-Démocrate
    • Préfèrent le cricket et le soccer
    • Pour le renforcement des liens avec la Britonnie
    • Beaucoup moins favorables aux armes à feu

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
01 août 2017 07:16
Volume 9 : Les Forces de Sécurité


Chapitre 1 : La Défense Nationale

Au sein de la Défense Nationale sont inclues :
  • - l'Armée de l'Air
    - la Marine
    - l'Armée de Terre
Chaque branche est commandée par un Général et participe au Comité National de la Défense qui rassemble l'ensemble des forces armées sous l'autorité du Général en Chef, du Sous-Secrétaire d'état en charge de la Défense et du Ministre en charge de la Sûreté Nationale .
Le CNS est présidé par la Première Ministre et le Gouverneur Général soit un total de 8 membres .
Le dernier mot revient toujours au Premier Ministre qui est l'autorité suprême des armées .
Par tradition la marine est à prédominance anglophone , l'armée de Terre est à prédominance alekaner et les deux communautés sont à parts égales au sein de l'Armée de l'Air.
Cette division du travail est cruciale à la bonne tenue de la discipline tant les tensions sont fortes parmi les deux communautés blanches et l'enforcement strict de cette séparation touche également la langue puisque dans chaque branche l'on parle la langue dominante même quand on est de l'autre communauté au nom du principe fondamental de respect réciproque ; l'Armée de l'Air est bilingue .

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
05 août 2017 23:10
Volume 9 : Les Forces de Sécurité


Chapitre 2 : La Sûreté Policière

La sécurité du quotidien est confiée à 2 Forces principales :
  • - la Police Nationale
    - la Milice Fédérale
La Police Nationale a autorité sur tout les domaines et sur tout le territoire de l'Aleka à l'exception des territoires non-organisés qui sont une région à part entière avec sa propre force de sûreté .
Elle n'a pas le droit en revanche d'intervenir dans les bantoustans ni d'en fouiller les citoyens .
Elle ne peut s'en prendre à eux qu'en cas de légitime défense et jamais sans avertissement .
Elle est aussi en charge du maintien de l'ordre dans les manifestations et les événements publics ainsi que du contrôle aux frontières dans les aéroports et les ports maritimes bien qu'elle ne gère pas les contrôles aux frontières entre l'Aleka et les bantoustans qui sont du ressort de la Milice Fédérale .
Comme son nom l'indique c'est une force qui est armée/financée/gérée par l'état central :
Contrairement à beaucoup de pays l'Aleka ne compte pas de force armée locale ou régionale .
C'est fait exprès : Pour limiter les risques de sédition , vu l'attachement quasi-fanatique et bien souvent supérieur à celui porté à la nation entière que l'alekan moyen et surtout un alekaner, porte pour sa municipalité et sa province natale avec de forts sous-entendus ethnicoreligieux derrière .
La Police Nationale est essentiellement blanche , anglicane et britophone .

_________________


Les dissensions , la Police Nationale les entretient avec l'autre force de sûreté de l'île :
La Milice Fédérale qui est armée et financée par toute la Fédération d'Algarbe du Sud .
Cette participation au financement de cette force donne droit à la susdite force de pouvoir intervenir directement dans les territoires des bantoustans et de fouiller leurs citoyens et possessions .
Ils peuvent aussi intervenir directement dans les territoires non-organisés et ce sans prévenir.
Il s'agit véritablement de ce que les dytoliens appelleraient typiquement une Gendarmerie :
Juridiquement elle ne relève pas au sein du Ministère de la Sûreté Nationale du Secrétariat d'état ayant la responsabilité de superviser la Police mais bien du Secrétariat d'état à la Défense .
Elle jouit d'un matériel et d'un entraînement militaire avec une énorme puissance de feu .
Son entraînement est très axé "commando/guérilla", afin de traquer l'ennemi en zone rurale .
La Milice Fédérale dispose ainsi , au titre de branche de la Défense , de :
  • - 8 Chars d'assaut modernes
    - 12 Pièces d'artillerie modernes
    - Une Frégate moderne
    • -- 15 Hélicoptères d'attaque obsolètes
      -- 5 Antiaériens mobiles obsolètes
      -- 3 Sous-marins obsolètes
Néanmoins en cas de conflit ce matériel rejoint automatiquement le reste des forces armées .
De plus bien que ce ne soit arrivé la dernière fois qu'en Juin 2030, la Milice Fédérale peut même en cas de besoin urgent et avéré envoyer directement un missile balistique sur sa cible sans avoir à en demander l'autorisation préalable au QG si les troupes engagées au combat le juge nécessaire .
Essentiellement il s'agit d'une branche de l'armée à qui on a en plus donné des droits de Police !
Ce qui bien sûr continu de faire scandale en Aleka et surtout dans les milieux de gauche ...
La quasi-totalité des membres de la Milice Fédérale sont des alekaners blancs et calvinistes et le reste est bien souvent composé non pas de britons mais de métis ou de noirs , afin de servir comme interprètes et agents de liaisons lorsque la force est en mission dans les bantoustans .
Les très rares britons membres de la Milice Fédérale y sont souvent menés la vie dure ...

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
06 sept. 2017 12:09
Volume 10 : L'Apartheid


Premier Chapitre : La législation spécifique

- Race and Faith National Classification Act of 2017
- Bantu Self-Determination and Governing Act of 2019
- Bantu Citizenships Transfert Act of 2019
- Ethnoracial Sequencialisation for Group Areas Act of 2020
- Specialised Public Éducation Services Act of 2023
- Separate Amenities Organisation Act of 2021
- Biracial Relationships Management Act of 2018

La ségrégation sous une forme ou une autre entre genres , religions , race ou ethnies a existé et existe encore sous d'innombrables facettes à travers le monde et de différentes manières .
Là où l'Algarbe du Sud est en revanche un cas à part , c'est le cas de le dire !
C'est dans la systématisation implacable et omniprésente du principe que les alekans considèrent comme sacré qui est celui que les races et ethnies ne doivent pas se mélanger, par son intégration à la constitution elle-même et à l'organisation d'un véritable corpus législatif structuré dans laquelle chaque loi constitue une clef de voûte de la société alekane dans son ensemble .

C'est un projet qui fut porté historiquement par le centre-gauche à travers le Bloc Démocratie aujourd'hui et ses anciennes itérations sous d'autres noms , qui voulait pouvoir couper court aux tragiques violences interethniques et interraciales qui secouaient l'Aleka unifié dans les années 2000.
L'histoire de la Confédération d'Algarbe du Sud et celle de l'apartheid sont intimement liées car la première est née à la fois comme réponse et conséquence à la mise en place de l'apartheid .

L'intégralité de ce corpus législatif est basé sur un registre qui fut institué par la loi en 2017 :
La Race and Faith National Classification , qui fut établie et est aujourd'hui gérée par l'état d'Aleka à travers un établissement public administratif, la South Algarbian Institute for Societal Relationships .
Le tout fut créé par le Parlement d'Aleka avec l'Ethnoracial and Faith Profiling Act of 2017, une loi votée à une très large majorité qui ordonne expressément à chaque individu physiquement présent sur le sol de l'île et à tout les citoyens de l'Aleka unifié à l'étranger au 1er Janvier 2018 de se faire formellement enregistré par la SAISR avant le 31 Décembre 2019 à 23 H 59, afin de se voir assignée une place dans la RFNC sous peine d'emprisonnement et de déchéance de la nationalité .

La RFNC considère quatre grands critères : la couleur de votre peau selon l'échelle dermatologique de Fitzpadraig qui détermine votre race puis votre culture dont votre langue maternelle et/ou celle avec laquelle vous êtes le plus à l'aise déterminant votre ethnie et enfin votre religion .
Elle est divisée en de nombreuses Races :
  • - Blanche
    - Noire
    - Janubienne
    - Orientale (Wenleï)
    - Panarctique
    - Marquaze
    - Olgariendienne
    - Polynésienne
Mais en Algarbe du Sud ne sont considérées que 4 races subdivisées en plusieurs ethnies :
  • Caucasienne
    • Alekaners
    • Britonniques
    • Kvorquènes
    • Lusophones
  • Algarbiane
    • Bantou
    • Khoïsan
  • Janubienne
  • Sémitique
Et parce que la pureté de la race est une priorité absolue pour les élites de chacune et pas seulement des blancs est passée l'année suivante la Biracial Relationships Management Act of 2018 qui prohibe toute relation sexuelle et/ou sentimentale entre deux personnes de deux races différentes et concernant absolument toutes les races d'Algarbe du Sud .

Note HRP : En Afrique du Sud d'apartheid l'avatar IRL de cette loi était spécifique aux blancs envers les non-blancs .
L'expansion à toutes les catégories raciales et la réciprocité en Aleka-RP est donc un approfondissement supplémentaire de ma part à l'esprit de la loi IRL n'y existant originellement pas .


Dans le même temps fut formée une commission ad-hoc au Parlement d'Aleka pour décider le futur.
Il fut convenu que le mieux pour appliquer l'apartheid était de faire au plus simple : il se dégageait très clairement deux grands blocs entre d'un côté les bantous et de l'autre les non-bantous et donc il fut considéré comme étant le plus logique de créer des entités autonomes monoethniques pour la seule race bantoue d'une part et d'autre part rassembler tout les autres dans une entité centrale qui serait une république multiculturelle où vivraient entre elles les races et ethnies ne pouvant pas prétendre à incarner une nation à part entière et ce malgré les vives protestations des alekaners ...

La Bantu Self-Determination and Governing Act of 2019 en était la traduction logique d'un point de vue légal d'après les ingénieurs et théoriciens de l'apartheid et des démobloquistes en particulier.
Cette loi consistait en un amendement décisif à la Constitution qui proclamait que l'Aleka accepte de renoncer à une partie de son territoire pour permettre la fondation de nations bantoues séparées :
Trois bantoustans furent créés dont deux républiques et un royaume pour chaque ethnie bantoue .
Ces nouveaux états ont des frontières dessinées par une sous-commission de la commission ad-hoc qui constituent une médiane entre la fertilité des terres , les zones d'occupation historique de chaque ethnie et les zones qu'elles occupaient "aujourd'hui", au sens d'à l'époque de cette transition ainsi que de manière à ce qu'il y ait une proportionnalité logique entre population et superficie .
Votée en Mars 2019, cette loi fut suivie en Octobre 2019, soit la même année ! Par une seconde loi qui n'en était que la suite logique à travers la Bantu Citizenships Transfert Act of 2019, qui assigna à tout les individus des trois ethnies de la race bantoue la citoyenneté du bantoustan auquel ils étaient dorénavant affiliés tout en leur enlevant la citoyenneté alekane .

Après cette première grande coupure resta alors ce qui était en fait le plus gros du travail :
Réorganiser complètement l'Aleka de manière à ce que chaque ethnie des trois races restantes puissent y vivre de A à Z en étant totalement séparées les unes des autres en tout les aspects de la vie !

Et c'est justement ce à quoi répond la Group Areas Ethnoracial Sequencialisation Act of 2020...
Elle consacre dans le marbre de la loi le fait déjà établi que les ethnies et les races sont séparées =
Des boroughs sont définis en fonction des frontières raciales et religieuses pour chaque race au sein desquels sont définis des townships pour chaque ethnie en fonction de la langue et de la culture .

La Separate Amenities Organisation Act of 2021 instaure le fait qu'en tout temps et en tout lieux les infrastructures publiques doivent être ségrégées elles aussi .
En revanche , contrairement à la GAES qui va dans le détail jusqu'à l'ethnie , lesdites infrastructures sont pour des raisons de simplicité organisées en seulement 2 catégories : blancs et non-blancs .
Les races caucasienne et sémitique emploient donc en même temps celles des blancs tandis qu'à côté les janubiens et les noirs emploient en même temps celles des non-blancs .

Puis en 2023, une nouvelle loi supplémentaire vient approfondir encore plus la SAOA avec des régulations encore plus astringentes imposées à l'éducation nationale en Aleka .
D'après la Specialised Public Éducation Services Act of 2023, l'enseignement public ou privé recevant des fonds de la part de l'état doivent désormais séparer les élèves par race :
Les établissements publics durent au minimum séparer les élèves en classes exclusivement monoraciales et monoreligieuses et au maximum devenir entièrement composés d'une seule et unique race .
Les élèves sont ensuite organisés en groupes séparés au sein des classes par ethnie et ne se mélangent activement entre eux que pour les cours d'étude en linguistique pour la seule facilitation de l'apprentissage des autres langues et c'est tout .
Les programmes historiques sont différents pour chaque groupe et chaque classe reçoit en fonction de sa classification ethnoreligieuse des cours de théologie pour sa religion , tous différents aussi ...
De plus cette loi prévoit aussi que les infrastructures sportives extérieures doivent être réservées à l'usage des blancs soit tôt le matin soit tard le soir, et aux non-blancs de 10 H 30 à 16 H 30 .
En revanche cette loi oblige tout élève à être bilingue à l'Ersteindeksam et trilingue au Zweindeksam comme condition sine qua non à l'obtention des susdits diplômes ...

Et pour contrôler tout ça est imposé à tout les sud-algarbians d'Aleka comme des bantoustans et de quelque catégorie que ce soit y compris les blancs de porter sur soi un passeport intérieur.
Ce passeport intérieur est délivré à l'âge de 14 ans par la Direction Générale de la Sûreté Intérieure :
Il est rigoureusement personnel et pas la moindre fraude ou même vague divergence n'est tolérée !
Dans ce "carnet de correspondance pour adultes", comme l'a moqué un humoriste alekan célèbre sont consignées toutes les informations essentielles dont notamment :
  • - le nom et le prénom
    - l'âge et la date de naissance
    - la race + l'ethnie + la religion
    - la taille et le poids
    - la couleur des yeux
    - l'adresse exacte du lieu de résidence
    - le district de celui-ci d'après la GAES
    - le nom et l'adresse de votre actuel employeur
    - les noms et adresses de tout ceux d'avant
    - votre alma mater scolaire complet
    - l'historique complet du casier judiciaire
Ce passeport existait déjà depuis 1933, en tant que mesure provisoire de sûreté nationale pendant la grande guerre mondiale du XXème siècle qui a duré au total environ une vingtaine d'année .
Malgré la fin du conflit global la mesure ne fut jamais supprimé mais au contraire consolidée par une loi adoptée à l'unanimité du Parlement d'Aleka en 1957, sauf qu'à l'époque elle ne touchait que les noirs :
Cette loi-là fut abolie le 7 Mai 1993, par une nouvelle loi corrective supprimant la première ...

En 2024, avec la National Passbook System Implementation Act of 2024, le tout nouveau passeport intérieur, entièrement sur carte à puce électronique et nécessitant désormais d'être validé par la DGSI, est établi et il est universel et obligatoire pour tout un chacun y compris les blancs .
Même si pour les touristes le simple visa tamponné par la Chancellerie d'Aleka suffit ...

Avatar de l’utilisateur
Thunderoad
Messages : 1677
Inscription : 01 mars 2020 16:35
NJ : Commonwealth
NJ V4 : Commonwealth
NJ V3 : Hokkaido
Première date d'inscription : 26 janvier 2013

Re: [A] Encyclopédie de l'Aleka

Message par Thunderoad »

Thunderoad a écrit :
06 sept. 2017 12:10
Volume 10 : L'apartheid


2ème Chapitre : Les partis

En République d'Aleka l'apartheid est un sujet extrêmement sensible et clivant dans la société comme dans les familles et en général les alekans préfèrent même carrément ne pas en parler, du tout ...
Et pourtant chaque communauté et chaque individu a une opinion bien trempée sur le sujet !
Voici donc pour nos lecteurs la compilation des doctrines officielles des 12 plus grands partis d'Aleka .
Ensembles ils totalisent 99,99 % des voix aux élections générales , provinciales et municipales et sont donc un excellent autoportrait de l'opinion publique nationale à un moment donné .
Ceux qui sont en ce moment même représentés à l'Assemblée Nationale sont mis en italique .
  • Antiapartheid National Conférence : Totalement contre l'apartheid par principe
    Ligne Rouge : Contre l'apartheid car l'important c'est la lutte des classes
    Bloc Démocratie : Pour l'apartheid et continuer le status-quo actuel
    Parti Pirate : Contre l'apartheid et pour une une unique nation démocratique libérale
    LGBT Defense League : Contre l'apartheid et pour une unique nation arc-en-ciel
    Straightforward : Contre l'apartheid et pour une unique nation arc-en-ciel
    Solidarité Technocratique : Contre l'apartheid racial et pour une dictature des empathes
    National Hebraic Army : Pour l'apartheid et continuer le status-quo actuel
    Parti Libéral-Démocrate : Pour l'apartheid mais avec la rétrogradation des bantous
    Britonnia Folk Party : Contre l'apartheid et pour l'extermination de tout les non-britonniques
    Parti National-Conservateur : Pour l'apartheid mais avec la rétrogradation de tout les non-blancs
    Alekaner Weerstandbewegung : Contre l'apartheid et pour l'extermination des non-alekaners

Répondre

Revenir à « Aleka »