Renseignement - Agenția Națională de Securitate & DGIA

Dytolie 121-153
Avatar de l’utilisateur
Alexei
Messages : 877
Inscription : 05 févr. 2020 12:13
NJ : Saratovie
NJ V4 : Valdaquie
NJ V3 : Kirep
Première date d'inscription : 17 mai 2013

Renseignement - Agenția Națională de Securitate & DGIA

Message par Alexei »

Image

Agenția Națională de Securitate
Agence nationale de Sécurité


Image

Direcția Generală de Informații a Apărării
Direction générale du renseignement militaire



Image

Colonel Yevgeny Topor
Chef de la communauté du renseignement valdaque en Alilée et Arovaquie

Les éléments présentés dans ce sujet répondent à un degré de classification confidentiel.
Ils ne peuvent pas, normalement, être connus de l'extérieur. Ces éléments sont également méconnus des autorités locales arovaque et aliléenne et parfois du Gouvernement valdaque lui-même.

Avatar de l’utilisateur
Alexei
Messages : 877
Inscription : 05 févr. 2020 12:13
NJ : Saratovie
NJ V4 : Valdaquie
NJ V3 : Kirep
Première date d'inscription : 17 mai 2013

Re: Renseignement - Agenția Națională de Securitate & DGIA

Message par Alexei »

Image

SECRET
NOTE DE SERVICE | Secțiunea IV
27. Iulie 2041

La manifestation communiste qui a émaillé la rencontre entre Petru Ursachi et Magnuss Løvenskiold est, au final, une excellente chose. En plus de venir attrister une opinion publique déjà éreintée par la guerre et son lot de désolations, les syndicats et organisations d'extrême-gauche ont dévoilé leur jeu aux yeux de tous, un jeu qui va à l'encontre de la volonté pacifique d'une population qui panse ses plaies et qui souhaite reprendre une vie vie normale. L'action de nos agents présents lors de la manifestation qui ont pu filmer et photographier les leaders du mouvement, couplée à l'exploitation de la base de données du SFL (Servizio degli Figli della Lupa - ex-services secrets lébiriens, ndlr.), a permis d'identifier formellement une vingtaine d'opposants actuels ou futurs qui pourront, à l'avenir, être appréhendés (voire neutralisés selon leur degré de dangerosité) plus facilement. Dans le contexte actuel, seule une action coordonnée de plusieurs Etats pourrait faire courir un danger sérieux à la stabilité de l'Alilée, et donc à nos intérêts.

Pour autant, nous ne recommandons pas une réponse forte de la part de l'Agenția ou de la DGIA. L'Alilée n'est pas la Dobrogévie, et toute tentative de répression trop aiguë pourrait avoir des conséquences désastreuses pour l'image des autorités locales et de la Valdaquie. Des méthodes plus subtiles doivent être envisagées et nous devons pousser l'opposition, y compris non-communiste, à se décrédibiliser par elle-même ; le peuple a toujours le dernier mot et sa décision, dans les urnes ou ailleurs, est irrévocable. Ainsi, nous préconisons de laisser les mouvements d'extrême-gauche se développer (sous étroite surveillance toutefois) afin de pousser la future administration aliléenne à se rapprocher durablement de la Valdaquie et de convaincre l'opinion publique de la justesse de notre présence. A ce dessein, des éléments locaux pourront être infiltrés dans les milieux anarcho-communistes et la Secțiunea II (informatique et électronique) aura toute latitude pour surveiller les communications internes à ces mouvements.

Une autre possibilité pourrait de soutenir concrètement ces groupuscules, notamment en leur fournissant - de manière détournée et confidentielles - des moyens matériels leur permettant de commettre des attentats en Alilée, et même en Arovaquie. Utilisée à bon escient, solution aurait l'avantage, à court terme, de dresser les populations locales contre l'extrême-gauche et donc de justifier une présence militaire valdaque permanente dans les ex-territoires lébiriens. Si la prise de risque sera évidemment plus grande, un filet de sécurité pourra être mis en place par la formation d'une armée secrète aliléenne (et arovaque ?) composée de militants italiques anticommunistes et acquis à notre cause dont l'existence serait inconnue des autorités locales. Ces réseaux, contrôlés directement par l'ANS, pourraient également commettre des actes de terreur qui seraient attribués, par la suite, aux mouvements d'extrême-gauche (ou d'extrême-droite selon la situation) dans le but d'assurer la fidélité des autorités locales envers Albarea ainsi que d'augmenter la réceptivité des populations locales aux discours pro-valdaques.

Quoi qu'il en soit, les mouvements d'opposition violents (qu'ils soient d'extrême-gauche ou d'extrême-droite) doivent être vus comme des opportunités plutôt que comme des adversaires dignes de ce nom. Par leur existence même, et surtout par leurs idées souvent radicales, ils sont incapables de remporter l'adhésion des masses - nous devons jouer sur la crainte qu'ils provoquent pour imposer nos vues au plus grand nombre. Pour assurer le basculement de l'Alilée et de l'Arovaquie sous notre giron, ce plus grand nombre devra être surveillé quotidiennement pour tuer dans l’œuf toute velléité de rébellion. En cela, les cartes de rationnement électroniques constituent un premier pas encourageant et même un test remporté haut la main avec l'inscription de 99% de la population aliléenne et arovaque dans notre de base de données. Il convient toutefois d'aller plus loin : à la pointe dans le domaine de la surveillance de masse, le Sikkerhetsjeneste (services secrets jernlanders, ndlr.) nous a généreusement proposé son aide pour implanter des puces sous-cutanées aux citoyens arovaques et lébiriens. La seule question à laquelle nous devrons répondre sera "comment ?"

Répondre

Revenir à « Alilée et Arovaquie »