Informations (médias rajans / daharans)

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

Sujet pour les articles de presse du Raj Dahar.
Détails à venir.

____________________

LISTE DES PRINCIPAUX JOURNAUX (màj progressive)

Estuary Times est un journal anglophone traitant de divers thèmes, notamment politique et économique. D'orientation libérale-conservatrice, il est l'hebdomadaire le plus lu du Raj Dahar.
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

Rappel
1er septembre 2038
Estuary Times

Image

LE RETOUR DU TOURANISME

Il est temps aujourd'hui de lever le voile sur ce pillage en règle de notre pays par Karagol.

La nationalisation du fer et de l'acier, aussi désastreuse fut-elle pour l'économie du Raj Dahar, n'est qu'un prélude au retour en force du "touranisme". Du moins dans sa version moderne.
Le principe reste le même : les peuples du Nord, victimes de la misère et du despotisme, profitent de la liberté et de la prospérité des Rajans pour voler le fruit de leur travail.
De nos jours, la dictature rouge-verte (socialisme islamique) s'est substitué à la tyrannie bleue-noire (touranisme syrio-qarlouk taragaïde), tandis que les spoliations légales par nationalisations ont remplacé les razzias périodiques.

Mais les peuples du Nord y sont-ils vraiment pour quelque chose, lorsqu'ils sont montés les uns contre les autres, lorsque leurs traditions sont insultées et bafouées ? Lorsque toutes les grandes décisions sont prises entre à huit clos au Darulaman ?
Le Dahar n'a rien à reprocher au Karmalistan en tant que tel, ni à aucun de ses peuples dont nous défendons la liberté.
Non, notre ennemie est ailleurs.

Cette ennemie est d'abord une artiste, jolie et talentueuse actrice de théâtre ; elle n'a aucune compétence en politique.
Cette ennemie a été précipité au sommet du pouvoir malgré elle à la suite de l'assassinat de son père, bien qu'elle semble y avoir pris goût.
Cette ennemie prétend rendre la Justice en tant qu'hindouiste dans un pays de confession musulmane.
Cette ennemie voit la scène politique comme elle voit la scène de théâtre : jouant le rôle de Tartuffe, c'est l'hypocrisie qui passe du fictif au réel.
Cette ennemie impose ses petites convictions personnelles à un peuple qui n'est pas le sien et qu'elle ne comprend pas.
Cette ennemie sème la discorde et la rancœur entre les ethnies, les clans et les familles, cela jusqu'à en déchirer ces dernières, montant les épouses contre leurs maris, les sœurs contre leurs frères.
Cette ennemie sème les mauvaises graines du communisme, traitant avec les guérillas du Nord-Est et ouvrant les portes du pays aux prosélytes bykovs et westraits.
Cette ennemie, sous couvert de légalité, organise le pillage de notre pays, en spoliant nos entreprises, cela après avoir accordé notre soi-disant indépendance.
Cette ennemie, sous couvert de "partage", renoue avec la pratique barbare médiévale du touranisme, profitant de notre prospérité économique pour y prélever son tribut, razziant une bonne moitié de toutes nos richesses produites.
Cette ennemie sert des intérêts dont les objectifs, tel un pendule, oscillent entre chaos et despotisme.

Cette ennemie porte un titre d’usurpatrice : Mamta "Shakhan".
Madhuri Banerjee, nawab de Sujawal
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

18 septembre 2038
Estuary Times

Image
La reine Mamta : une despote marxisante au visage d'ange.

Mamta Shakhan : jusqu'où ira sa soif de pouvoir ?


La nationalisation du fer et de l'acier, opération purement coercitive de Mamta Shakhan consistant à une spoliation "en règle" des richesses du Raj Dahar, est particulièrement représentative de la façon de faire et de l'idéologie des proto-marxistes qui gouvernent au Nord. Mais pourquoi une reine s'acoquinerait-elle avec des révolutionnaires ?
Pour la comprendre, il faut ainsi analyser son entourage proche.

Mir Gamari, son ministre de l'intérieur est issu du PRDK, l'aile soi-disant "non-violente" et "réformiste" du parti communiste karmali (sa scission du PRDK-ML est entrée en guérilla il y a bien longtemps). C'est lui qui mène les réformes contre la liberté économique sous prétexte de libération des travailleurs, et contre les coutumes islamiques du peuple tojik, sous prétexte de libération de la femme.
Safarali, son ministre de la défense, s'est rallié au "socialisme islamique" du Xalqar, "l'Alliance des peuples orientaux", mouvement majoritaire au Majlis (parlement). Cet extrémiste religieux sous influence marxiste, répand ses idéaux révolutionnaires dans l'armée, leur insufflant la jalousie et la haine contre les Rajans... des idées qui pourraient bien se retourner à terme contre la monarchie...
Quant à Omar Sultan-Zareh, le troisième fervâne et chef de la diplomatie. Il est la caution "conservatrice" du régime, misant sur une concordance entre l'Etat et l'islam traditionnel au moyen de ses talents de médiateur.
De ses deux principaux conseillers, l'un est un vieil ami, modéré, diplomate social-démocrate mais sénile (Abdoulmouslimovitch), et l'autre, nettement plus jeune et obscur, est l'un de ses anciens adversaires en tant qu'islamo-marxiste... un certain Nazar-Babur. C'est lui qui a sauvé la peau de la reine, lorsqu'elle fut ciblée par les islamistes conservateurs, du temps de l'émir Barakzaï, qui cherchaient à la déchoir avant de la décapiter. Le facteur-clé, c'est lui. Sauveur de la reine (jusque-là pourtant son ennemi idéologique), on le dit désormais très proche d'elle... au point que des rumeurs font état d'une relation d'ordre personnel. Quoiqu'il en soit, ce révolutionnaire musulman aux sympathies communistes à peine voilées, serait l'homme de l'ombre, "celui qui tirerait les ficelles".
Pourtant, la reine à ses côtés n'en demeure pas moins assoiffée de pouvoir, comme en témoignent son intransigeance en matière de désislamisation mêlée à son caractère féroce et sa politique agressive à l'égard de sa propre terre natale.

Analysons donc maintenant sa psychologie : il y a quelques années, alors à peine majeure, Mamta Shakhan, artiste reconnue pour son optimisme, avait perdu son époux quelques semaines seulement après leur mariage, lors d'un attentat islamiste. Puis a elle perdu son père à la suite d'un attentat dont les commanditaires demeurent inconnus, mais vraisemblablement perpétré par le Nod. Elle demeure aujourd'hui la cible de nombreuses menaces de mort. Enfin, les critiques n'ont cessé de se multiplier contre sa personne depuis la spoliation de notre industrie de l'acier. Mamta Shakhan est persuadée que le "Nod" n'est qu'un épouvantail invoqué comme excuse par les libéraux et les musulmans pour "imposer leur tyrannie", respectivement au Sud et au Nord du Karmalistan. A sa haine déjà vivace à l'encontre de l'islam traditionaliste, s'ajoute alors celle visant le libéralisme rajan.
Sous cette pression psychologique, serait-elle vraiment en état de gouverner ? C'est une question qu'on est en droit de se poser.
Cela d'autant plus que le pouvoir semble à son tour altérer sinon ses capacités mentales, en tout cas ses raisonnements : voler les richesses d'une autre nation à laquelle on dépend, est un acte aussi vile que nocif pour l'économie de l'Etat-voleur sur long terme.
L'objectif de la reine et de son obscur conseiller (voire amant ?) Nazar-Babur ? Bâtir une bureaucratie totalitaire de frelons asiatiques, sclérosée dans une monarchie progressiste à la fois marxiste et pseudo-islamique, fondée sur la terreur et la razzia : répression contre sa propre population, et pillage des ruches du Dahar voisin, aux abeilles prises en otage.

Nous laisserons les derniers mots au général McNeil :

Image
Oui, à l'origine, la reine Mamta est notre sœur, en tant que Rajan, fille de feu Ismaïl V. Mais comme héritière du trône, le goût du pouvoir lui a monté à la tête et elle nous a trahi. En plus de nier notre droit à l'indépendance, elle pille nos richesses aux profits de ses nouveaux amis du Nord, barbares turco-mongols et islamo-marxistes des steppes. Comme si cela ne suffisait pas, elle opprime sa propre population avec l'aide des westraits.
Je vais par conséquent rejoindre l'opinion de deux personnalités reconnues.
D'abord, le ministre ennissois Ruad Mac Anraí : il faut pénaliser l'activité communiste, si nous voulons rester cohérent et protéger nos démocraties.
Ensuite, la nawab Banerjee a raison : "notre" reine est...
...une salope.
Elle s'est vendue aux ennemis de son propre peuple, pactise avec les guérillas terroristes et les régimes totalitaires étrangers pour mener à bien ses pillages et ses réformes répressives.
Et à ce titre, je le dis franchement : j'espère qu'elle tombera dans la douleur et la honte, comme ce meurtrier d'Urdzhar ou les communistes sectaires de Turgaï. Souvenez-vous, à l'époque de son père, des frappes du GDI en juin 2034 contre les hordes barbares du Nod : quelle satisfaction pour nous tous ! Rajan comme Karmali, tous reconnaissants du nettoyage que nous leur offrons : parce que les vies sauvées par cette juste riposte, valent plus que celles de leurs bourreaux, tant en quantité qu'en qualité.
Mais il en faut davantage pour atteindre la paix. Pour sauver le Raj Dahar, il est nécessaire d'éradiquer le terrorisme rouge jusqu'aux plus sombres recoins du Karmalistan. Et pour se faire, il faut que cette femme soit traitée comme ce qu'elle est, c'est à dire comme une complice du communisme. Elle doit être déchue, déconsidérée, jugée et condamnée.
Si nous y parvenons, un jour prochain les Karmali nous remercieront.
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

12 décembre 2038
Estuary Times

L'HOMME DE L’ANNÉE 2038

Image
Petru Ursachi, président de la République valdaque


Surnommé le "vampire du cuivre", ce tzigane aux origines modestes est d'abord devenu PDG d'Alpva, leader mondial de l'or rouge, avant de passer à la tête de la première puissance militaire mondiale en 2037.
Superviseur de la formation de la CND fondée en avril de cette année à Albarea la capitale valdaque, il n'est ni plus ni moins que l'artisan du déclin géopolitique de la Ligue de Lébira. Lui-même ou ses ministres œuvrent également à la renaissance de la plus prestigieuse route commerciale de l'Histoire, et sauvent la Marquézie d'un conflit armé entre chrétiens estoliens et musulmans karsais sur la question de Hiérosolyme.
Patron du cuivre, général surpuissant, leader de la CND, guide de la NRS et médiateur hors pair, rien ne semble lui échapper.
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

8 février 2039
Estuary Times

Le Dahar : le tigre janarqei en surchauffe

Image
L'industrie de pointe au Dahar : un secteur florissant dopé aux IDE


Avec une croissance économique de plus du tiers de son propre PIB l'année dernière, l'économie du Rajanagar est en surchauffe. La brusque hausse des taux d'intérêt nécessaires au freinage de l'inflation provoquée par une tel essor de valeur ajoutée, n'a pourtant pas manqué de faire augmenter le chômage : ce n'est pas moins de 600 000 personnes qui ont perdu leur emploi ces douze derniers mois, le taux effectif passant de 5 à 9% de la population active. C'est le paradoxe de la surchauffe économique.
Néanmoins, le sous-emploi est de-nouveau à la baisse et la tendance devrait se poursuivre au fur et à mesure de l'arrivée massive des investissements étrangers sur le territoire.

Malgré sa population relativement faible et son statut de province semi-indépendante, le PIB du Raj Dahar est désormais supérieur à celui du Posun, égalisant ceux du Kars, de la Vasconie ou du Westrait. Cette prodigieuse performance est largement due à ses exportations de matière première karmale (fer et acier, cuivre, charbon, gaz, titane, coton...), ainsi qu'à sa production domestique de biens d'équipement à haute valeur ajoutée, elle-même nourrie par les investissements étrangers.
En effet, profitant de sa position géostratégique majeure à l'entrée du canal d'Ashurdabad reliant Cérulée et Ventélie, de sa situation politique stable et de la sécurité garantie par la collaboration GDI-KhAD (le terrorisme est cantonné au Karmalistan intérieur), les investissements directs étrangers se multiplient. Ils y apportent savoir-faire technique et biens d'équipement nécessaires à une production hautement qualitative.

Les IDE caskars à travers la Commission sont de loin les plus importants : en plus du QG divisionnaire situé à Daharpur, ils s'étalent sur 13 villes, et concernent entre-autres la construction d'infrastructures portuaires et aéroportuaires, les secteurs de la distribution, de la construction navale et aéronautique, ainsi que de l'industrie de pointe (composants microélectroniques, systèmes d'exploitation avancés et ordinateurs). Ces installations d'établissements de production, en particulier ceux des filiales de la commission caskar, implique un transfert technique progressif délivré aux ingénieurs daharo-karmali, en ce qui concerne l'informatique et la microélectronique.
A ceux-ci s'ajoutent les investissements en matière de téléphonie par la société eashe Crysthal, la construction de complexes hôteliers karsais, de centres hospitaliers et de ponts suspendus estoliens, ainsi que la construction d'immeubles de grande hauteur par des sociétés et ingénieurs aiglantins, en particulier à Dahapur. Quoiqu'il en soit, à ce jour, les principaux investissements proviennent de l'allié briton, via filiales de distribution, de sociétés d'assurance et plus généralement bancaires (relations approfondies avec Abkadi).

Au Nord (Karmalistan au sens strict), les investissements sont plus rares, si ce n'est la construction de deux grands hôtels karsais (Karagol et Khunjerab) et surtout, plus nombreux, d'hôpitaux modernes par le Westrait. Notons également l'implantation bykovienne d'une usine des Retnya Avtomobilny Zavod (RAZ) [Usine d'automobiles de Retnya] à Qoqand, sur la vallée de l'Iaxarte (Sürgüngë).

Cette distorsion entre Nord et Sud se révèle au niveau du PIB par habitant : avec 494 $ en moyenne en Nord-Kormalie, et 2500 $ au Dahar, un rajan est en moyenne cinq fois plus riche qu'un transkormalien. Un gouffre inégalitaire qui explique les déchirements sociaux et politiques entre Hyperabad et Karagol.
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

18 février 2039
Estuary Times

Coupe du Monde : il nous faut notre propre équipe !


La désastreuse défaite de l'équipe du Karmalistan face à la Vasconie hier (4-0), au yeux du Monde entier (en présence de la reine Mamta), qui plus est "chez eux" (du moins sur papier) lors du match d'ouverture de cette Coupe du Monde arbitrairement titrée "Karmalistan 2039", ne peut qu'inspirer le mépris du monde envers ce pays et la honte sur cette équipe d'amateurs.
Nous venons ainsi d'assister au déshonneur d'un pays qui confisque le mérite notre organisation de l'évènement et bâillonne le potentiel sportif d'une autre nation, au détriment des deux parties. Aussi, en plus d'être néfaste à autrui, ils se font du tort à eux-même.

Je ne vais donc pas passer par quatre chemins : le Dahar mérite d'avoir sa propre équipe, indépendante de celle du Karmalistan.
Faut-il rappeler que nous accueillons 6 des 8 sites organisateurs de cette Coupe du Monde ? Cela parce que, secret de polichinelle, le Rajanagar est la seule région sûre de tout le pays, la seule capable d'organiser un tel évènement, avec la quantité et la qualité des infrastructures, les fonds alloués, et la sécurité nécessaires à sa bonne tenue.
Les sites de Sanghar et de Tarobaïn, invoqués comme prétexte pour qualifier cet évènement de "Karmalistan 2039", sont dans un état déplorable en comparaison des nôtres, et sujets à de très sérieux risques d'attentats, en sachant qu'un conflit armé [contre l'Amarat, NDLR] se déroule en ce moment même à seulement une centaine de kilomètres de la dernière ville citée.
En guise de remerciement, en plus de nous confisquer nos richesses et nos sociétés, le Shakhanat de Karagol nous dérobe notre Coupe du Monde (le mérite de son organisation), nous vole notre potentielle équipe de football ; en clair, il nous vole notre culture.

Et cette situation ne pourra durer éternellement. Une fois celle-ci achevée, nous constituerons notre propre équipe.

Kapil Sidhu
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

21 avril 2039
Estuary Times

Élections prochaines pour le renouvèlement du Raj Council

Image
Parlement d'Hyperabad (Raj Council)


Le Dahar se prépare à un renouvèlement complet de la députation du Raj Council, l'assemblée législative du Rajanagar. Outre les lois votées pour l'administration du pays et la nomination des Nawab (pouvoir exécutif), celle-ci est informellement représentée au Majlis du Karmalistan via le Parti libéral-démocrate PLDK.
Dans un contexte de hausse des revendications indépendantistes et de renforcement des pouvoirs centraux du Karmalistan sous la poigne de Mamta Shakhan, qui a nationalisé la plus puissante entreprise du pays (TimürStal, littéralement "fer & acier"), mais aussi de boom économique, le peuple rajan (hommes et femmes de plus de 18 ans), ne manquera pas de choix avec pas moins de dix-huit partis enregistrés.

Liste des partis en compétition :

Parti libéral-démocrate rajan (de droite à centre-droit)

Parti social-démocrate rajan (de centre-droit à centre-gauche)

Mouvement de la démocratie libérale (droite)

Ligue démocrate (droite)

Vive la démocratie ! (droite)

Démocratie écologique (centre-droit)

Parti chrétien-démocrate (droite)

Démocratie islamique (droite)

Parti de la démocratie sociale (centre-droit)

Démocrates pour la démocratie (droite)

Nous aimons la démocratie (centre-droit)

Démocrates vraiment démocrates (centre-droit)

Oh oui la démocratie ! (centre-droit)

Démocrates unis contre les vilains méchants dictateurs (centre-droit)

Les libertés (extrême droite catholique)

Ligue nationale-démocrate rajan (extrême droite rajan)

Parti socialiste rajan (de centre-gauche à droite)

Parti communiste rajan (de centre-gauche à centre-droit)

Ligue internationale (de gauche "radicale" à "extrême"-gauche)
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

7 juin 2039
Estuary Times

La mousson s'invite au Rajanagar plus tôt que prévu

Image
Ce début de mousson a déjà fait déborder le Tushtuk-daria (ici à Janubdar, au sud du Rajanagar, près de la côte).


En Dytolie et sur le pourtour céruléen, l'anticyclone "el Pepito" répand la sécheresse, provoquant des stress hydriques jusqu'aux incendies les plus meurtriers, lesquels semblent à leur tour accroître les tensions géopolitiques.
En Janubie et au Raj Dahar, ce sont au contraire les tempêtes de pluies qui s'abattent sur les villes imperméables aux sols goudronnés, les terres rurales asséchées et les cours d'eau bientôt en crue.
La presse eashe, qui mentionnait la concordance entre ces deux phénomènes, a ainsi pronostiqué à juste titre une mousson particulièrement dense en terme de précipitations, aussi bien en Eashatri qu'au Sud du Karmalistan.

Le Raj Dahar doit ainsi s'attendre à d'importantes inondations d'ici le mois d'août, et certaines ont déjà commencé, tel à Janubdar (première photo), cité fluviale à proximité du littoral, qui vient d'être inondée par le Tushtuk-daria, fleuve en crue qui se jette dans le détroit du Dar.

Cette inhabituelle précocité de l'évènement inquiète les climatologues, qui estiment que des mesures doivent d'ores-et-déjà être prises en vue d'anticiper une hypothétique catastrophe humanitaire. Les inondations représentent de très loin les catastrophes naturelles les plus meurtrières. Et elles sont caractéristiques du Rajanagar, là où les séismes et la sécheresse le sont au Karmalistan dit "continental".
Malgré une certaine habitude et une évidente capacité d'adaptation, on se permettra d'évaluer les populations vulnérables en fonction de critères sociaux et géographiques : à savoir les habitants des bidonvilles et des zones rurales pauvres de l'Est et du Sud-Est, à proximité du Tushtuk-daria, principal fleuve rajan.

Certes, à partir d'un certains laps de temps à venir, la météo n'est plus prédictible. Mais le phénomène de la mousson en Janubie, survenu brutalement tel en écho à la sécheresse dyto-céruléenne, est plus dense et plus précoce que prévu. Elle semble ainsi annoncer des précipitations records, qui, espérons-le, seront espacées de façon la plus régulière possible.
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

12 juin 2039
Estuary Times

Le GDI envisage de nouvelles frappes aériennes contre les communistes syiro-qarlouks au Karmalistan


Les odieux attentats en Ennis, décapitant ses hautes instances politiques, et perpétrés par l'AGR, terroristes gaéliques d'extrême-gauche en coordination avec l'ERT, la guérilla d'Estura, nous ont rappelé la gravité de la menace rouge. Ils ont remis sous le feu des projecteurs le spectre du communisme.

En ces jours pré-électoraux, le général McNeil, commandant des forces spéciales d'intervention et porte-parole du GDI, a déclaré hier :
C'est une question d'hygiène : à l'exemple de l'Ennis aujourd'hui, tous les pays du Monde doivent, régulièrement, faire le ménage. Dépoussiérer, ramasser les détritus, enlever les crasses... A la maison c'est un boulot de femme... mais à l'échelle d'un État, c'est assurément un travail d'homme : difficile mais honorable.
Le communisme est comme la poussière, les détritus, la crasse, la rouille, la merde : il reviendra toujours avec le temps, pour s'incruster jusqu'à ce qu'il soit trop tard, jusqu'à ce que tout ce qui l'a laissé prospérer pourrisse, s'infecte, bref, soit bon à jeter ou à mourir.
Si nous voulons survivre, et surtout vivre en paix, préserver nos civilisations de la barbarie, de la haine de classe et du nivellement par le bas, de la violence pseudo-populaire et du terrorisme, il est impératif de nettoyer régulièrement le monde de la culture, du travail, de la politique et la société toute entière, de toute forme d'influence marxiste ou prétendument "anti-impérialiste".

Le Karmalistan compte parmi ces pays crasseux, désormais pestiféré, la maladie qui s'y répand étant contagieuse... jour après jour elle se développe et tente de s'introduire au Rajanagar, avec la passivité complice de l'usurpatrice Mamta Shakhan.

C'est ainsi avec une vive insistance que j'appelle le gouvernement de Sarkar Shivaji à autoriser de nouvelles frappes aériennes contre les positions des terroristes communistes du Karmalistan, sans attendre l'accord de Karagol. Le gouvernement karmal ne nous ayant pas demandé notre avis lors de la nationalisation du fer et de l'acier... faisons fi des mamtaïstes : les islamo-conservateurs seront avec nous.
Le GDI a donc officiellement proposé au Raj Council et à son Président Shivaji, le lancement de plusieurs frappes aériennes chirurgicales contre des sites paramilitaires syiro-qarlouks tenus par le PRDK-ML, le Nod et le Syirkhanat. Malgré la pression citoyenne, il y a peu de chance qu'elle aboutisse : le danger d'une confrontation avec la puissante armée karmale sera très certainement invoquée.
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

Estuary Times
27 juin 2039

Image

Ennis : le phare du monde libre


Il est une petite île déchinésienne (ainsi qu'une seconde, plus petite encore) de seulement 7,6 millions d'habitants (moins que notre ville -intramuros- de Daharpur), située à plus de 1 500 km du continent dytolien, plus proche du cercle polaire arctique que du continent auquel il souhaite appartenir. Isolée et glacée, de bien modeste superficie, et surtout très peu peuplée, elle est pourtant la troisième puissance économique mondiale, en passe de franchir la deuxième place en dépassant son rival briton. Elle détient la 6ème armée la plus puissante du Monde, et surtout la 5ème plus puissante force aéronavale (devant le Dearmad, dont l'entrainement des matelots et pilotes laisse à désirer).
Sa capacité de projection lui permet de multiplier les bases à travers le Monde, notamment jusqu'au Makengo, grand pays pauvre du sud de l'Algarbe, où elle contrôle la totalité de sa production de platine et surtout d'or, faisant d'elle le premier producteur mondial si l'on sépare Caeturia et Nuevo Rio.

Mais contrairement à beaucoup d'autres pays, sa véritable puissance ne provient ni du potentiel "brut" de son armée, ni même de ses ressources naturelles domestiques (un peu d'or et de pétrole, déjà en surproduction sur le marché mondial...) - si ce n'est la pêche, éventuellement.

Non, cette île gaélique se caractérise avant-tout par cette étonnante énergie, ce dynamisme spécifique et original qui fera toujours défaut aux pays "rationnels" tels que le Kaiyuan, le Kars ou le Jernland, que la presse karmalie encense régulièrement. Si ces trois pays sont effectivement louables par bien des aspects - leur fiabilité, leur constance, leur persévérance sur la durée, l'Ennis les dépasse sur un point : l'audace.

La vigueur de l'Ennis est la source de sa puissance : sa politique est fondée sur l'initiative, la prise de risque, le dynamisme tranchant, l'imprévisibilité, la fulgurance, bref, cette audace si particulière qu'elle est systématiquement réussie et bien pensée. Une façon politique ou diplomatique de procéder qu'on ne retrouve presque nulle part ailleurs et ne laisse jamais personne indifférent. En effet, la politique de l'Ennis fait toujours l'objet de commentaires à l'étranger, élogieux ou hostiles, elle suscite soit la peur, soit l'admiration.

La C.N.D., un autre levier fondamental de la puissance ennissoise

Membre de la puissante Communauté des Nations Dytoliennes ou CND, l'Ennis, au plus gros Produit Intérieur Brut, y joue un rôle majeur également sur le plan militaire, au moyen de son alliance stratégique indéfectible et prioritaire qu'il a noué bilatéralement avec la redoutable Valdaquie (bien que cette dernière soit en perte de vitesse depuis le début de l'année).
Cette CND qui d'ailleurs est en passe de devenir hégémonique en Occident, cela pour des raisons "passives" (déclin de l'OOD) mais aussi "actives" : la capitulation du Gänsernberg dès les premiers jours de l'intervention aérienne en Hohenhof, ont confirmé sa suprématie géopolitique sur le vieux continent blanc. L'absence de réactivité des alliés du Gänsernberg, à commencer par le Lébira, ont ensuite précipité le recul du seul, justement, à avoir tenté quelque chose (le Caskar).
Les faits sont têtus : la CND est désormais la seule grande alliance militaire crédible en Occident. Elle est puissante et soudée. Tout l'inverse de ses rivaux ou ennemis, dépourvus de toute concertation. Ils râlent dans leur coin, boudent, protestent dans leurs journaux ou par quelques décisions diplomatiques, mais sans aucune coordination. Certains comme la Flavie vont même jusqu'à rejeter toute forme d'harmonisation diplomatique durable en raison d'une autarcie qu'ils chérissent comme une autruche se croyant protégée la tête enfouie dans le sol. Dieu se rit des créatures qui se plaignent des effets dont-ils chérissent les causes...

Avec des ennemis solitaires de la sorte, la CND a de beaux jours devant-elle. Sa victoire au Gänsernberg a scellé sa suprématie sur le continent. Et l'Ennis est au premier rang des bénéficiaires de part sa domination économique et son éloignement géographique, qui, en plus de son rôle protecteur, lui permet de prendre du recul sur les évènements (contrairement au Jernland qui était directement exposé à la zone de tensions et aux navires caskars), cela mêlé à son incomparable capacité de projection militaire.

L'attentat communiste de l'AGR qui a décapité sa classe dirigeante en a surpris plus d'un et dévoilé son caractère foncièrement instable. Désormais sous régime militaire extraordinaire / exceptionnel, le pays mène une impitoyable chasse aux terroristes rouges : une autre audace imitée et soutenue bien au-delà de sa zone d'influence, où se multiplièrent les condoléances et les messages de soutien, à l'exception notable des opinions publiques de la Santogne et de l'Asdriche, qui, probablement à juste titre, ne voient pas la répression anti-communiste comme la meilleure façon d'en finir avec cette idéologie.
Toutefois, c'est justement de cette instabilité que l'Ennis tire cette énergie, c'est là toute la différence entre ce pays et le trio rationnel (Kars, Kaiyuan, Jernland).

Considérée comme "particulièrement répressive", "aventureuse", à tendance "expansionniste" par le Karmalistan, cette île est l'objet d'une méfiance évidente du côté des politiques de Karagol. Mais ne serait-ce pas là un signe de jalousie ? Une peur qui confirme justement la valeur de cette audace ?

L'Ennis a tout pour envier, ici : un développement humain élevé, une capacité de projection à la fois militaire et commerciale, et un rôle majeur -voire de facto directeur- au sein d'une organisation continentale économique, militaire, aux membres suffisants et fidèles. Autant de facteurs de puissance absents au Karmalistan.

L'Ennis pourrait même avoir l'occasion d'affirmer définitivement son leadership au sein du Monde libre en exportant au-delà de l'Estura sa lutte contre les rouges... au moyen d'une intervention militaire au Westrait pour en chasser les putschistes communistes et y rétablir la légalité républicaine.
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

27 décembre 2038
Estuary Times

L'HOMME DE L’ANNÉE 2039

Image
Amiral Lúi Ó Móráin, président de la République Fédérale d'Ennis


4 juin : la date noire, charnière, de l'Histoire contemporaine de l'Ennis, où des terroristes communistes de l'Armée Gaélique Révolutionnaire ont décapité presque tout la classe dirigeante de l'île-nation, tuant du même coup aussi bien le président fédéral, Micheál Ó Nialláin que le chancelier Flannán Mac Síthig, et bien d'autres hauts-responsables fédéraux.
Temps exceptionnel, mesure exceptionnelle : l'armée intervient et impose au pays la loi martiale. Est alors institué un "Gouvernement militaire provisoire". A sa tête : le ministre de la défense, un certain Lúi Ó Móráin. Issu d'une famille de hauts gradés militaires, cet homme à l'impeccable parcours est choisi tant pour ses origines que pour ses compétences, à commencer par sa franchise, son énergie et son méthodisme. Ainsi s'ouvre une ère nouvelle pour le pays : stabilisant la situation intérieure grâce à une politique de répression anti-terroriste efficace, le retour à l'ordre, gage de paix et de prospérité, est grandement apprécié par la population. Celle-ci approuve la nouvelle constitution avec une large majorité, avant de l'élire président.

A la tête de la deuxième puissance économique mondiale (l'Ennis s'apprête tout juste à dépasser le Commonwealth), il règne (en binôme avec la Valdaquie) sur la gigantesque CND, quasiment représentative de l'ensemble du continent dytolien. Avec le récent déclin caskar, et s'il on tient compte des supplétifs esturans, l'Ennis détient également la plus puissante force de frappe aéronavale du Monde.
Sa désignation comme "homme de l'année" fait d'ailleurs écho à la publication récente de nos collègues gandhariens du journal libéral "Svantatra".
Mais ces formalités sont insuffisantes pour expliquer une telle renommée : sa personne fait désormais l'objet d'une vénération politique des plus spontanées (à distinguer d'un culte de la personnalité, foncièrement étatique, péjoratif et propre aux dictatures), manifestation de soutien donnant lieu à une véritable doctrine : le móráinisme, ou "Unionisme Républicain". Prenant racine dans la culture républicaine gaélique du début du XXème siècle, elle se fonde sur la nécessité d'une défense musclée de la démocratie et des acquis en terme de liberté individuelle, au moyen d'une unité sacrée de tous les courants politiques favorables à la démocratie contre le communisme, union menée par les plus réalistes et compétents d'entre-eux, à savoir les conservateurs, à la tête d'un pouvoir exécutif fort, garant de la paix et de la prospérité du peuple.

Surnommé le "gardien du monde libre", l'amiral est très vraisemblablement l'un des hommes qui marquera l'Histoire politique du Monde.
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

28 juin 2040
Estuary Times

Image
La "Grande Sauveuse" des mondes orientaux. En désamorçant le risque d'une guerre LIM-OCC, la despote karmale aspire-t-elle avant-tout à redorer l'image de son pays ? à accaparer de la gloire personnelle ? ou bien à éviter une catastrophe dont pourrait tirer profit -selon elle- le Lébira ? Peut-être tout cela à la fois. En revanche, là n'était pas l'objectif principal...

Le double-jeu de Mamta Shakhan


A "notre" "reine"... accordons lui d'abord un point de mérite : le risque d'un conflit entre le Kars et le Kaiyuan, et par extension entre la LIM et l'OCC était bien réel. Cette idée folle consistant à faire passer en force des tankers à travers le blocus militaire de l'OCC contre le Gandhari a poussé le Kaiyuan à réagir en endommageant un navire karsais. Suscitant la colère de Mahra et la mobilisation immédiate de sa flotte de guerre... qui faisait route vers la formation de l'OCC.

Face à cette escalade des tensions, Mamta Shakhan semble s'être démenée corps-et-âme pour désamorcer la surenchère militaire. Et avec succès, reconnaissons-le.
Sa stratégie ? Une négociation secrète parallèle et indépendante de la conférence de Karagol, consistant à faire appliquer immédiatement le retrait total des troupes gandhariennes du Raja-Tika, cela en échange de la fin du blocus de l'OCC.
Ce fut chose faite quelques heures après : retrait effectif des Gandhariens, tandis que l'OCC mettait fin au blocus et réparait les dégâts causés contre les navires karsais. Une victoire diplomatique incontestable.

Un glorieux succès pour "notre" "reine", qui se présente en "habile médiatrice"... sans doute très fière d'avoir su désamorcer un processus pouvant dégénérer en guerre régionale majeure.

Mais il nous suffit de procéder à analyse plus large de la situation pour comprendre la supercherie. Parce qu'effectivement, malgré quelques authenticités (risque de guerre réel), il est bien question sur nombre d'aspects, d'une vulgaire mise en scène... dont l'objectif consiste à défendre des intérêts géopolitiques précisément définis et au bout du compte, malveillants.

Rappelons quelques faits.
D'abord, ce blocus était légitime : les Gandhariens venaient de semer la mort et la destruction chez leur voisin. Il fallait les en empêcher. Autre chose d'ailleurs, qu'on pourrait -théoriquement, superficiellement- mettre au crédit de Mamta, que d'avoir défendu cette thèse, du moins au début.
Ensuite, transporter du pétrole pour approvisionner un agresseur était en soi un acte hostile, le Kars cherchant au bout du compte à donner les moyens au Gandhari de prolonger sa guerre d'agression. En conséquence, l'OCC ne pouvait réagir autrement : là aussi, il en allait de son plein droit.

Pour dire les choses clairement, c'est le Kars, notre "allié", qui a faillit précipiter la région dans la guerre, l'OCC n'a fait que défendre ses initiatives consistant à paralyser un agresseur sanguinaire.

Mais pour bien cerner et démasquer le double-jeu de Mamta, il faut mettre ses efforts de "paix" en corrélation avec la place du Raja-Tika dans ce rapport de force diplomatique.
Mamta Shakhan, en négociant directement avec l'OCC et le Gandhari, a court-circuité la conférence de Karagol, sans tenir compte de la position du Raja-Tika, ici incontestablement méprisée.
En somme, en trahissant l'esprit de la conférence de paix, c'est le Raja-Tika qu'elle a court-circuité. En réalité, Mamta ne considère pas ce pays comme un interlocuteur crédible. Tandis qu'en renonçant à son blocus contre le Gandhari, l'OCC a cédé aux charmes d'une despote qui cherchait avant-tout à défendre les intérêts du Gandhari. Ce dernier qui est désormais libre d'être ravitaillé à nouveau en pétrole et matériel de guerre, lui accordant plus qu'un sursis pour continuer de semer le trouble et la guerre de la Janubie à la Vasconie en passant par le Caskar...

Cette "paix factuelle séparée" que Mamta a régit entre l'OCC, le Gandhari et la LIM, révèle une forme abjecte de clientélisme au détriment de la victime. Le Raja-Tika, plus que jamais dindon de la farce...

Mamta Shakhan est la grande gagnante d'un jeu géopolitique malsain : se présentant en médiatrice habile, en pourvoyeuse de paix, en sauveuse de la Janubie... là où il n'est question que d'intérêts nationaux et égocentriques. Faire passer le Karmalistan pour un bienfaiteur là où il n'est qu'une bombe à retardement, accaparer du prestige personnel pour dissimuler la tyrannie qu'elle exerce contre notre pays [Dahar], gêner les intérêts du Lébira (du moins ce qu'elle considère comme étant ses intérêts : en réalité il est peu probable que Cartagina ait vraiment l'intention de provoquer une gigantesque guerre qui nuirait inévitablement à son commerce), et enfin, protéger son "ami" belliqueux gandharien, pays aussi rouge qu'elle idéologiquement, observateur à la LIM et allié au pays voyou saogien.

Mamta Shakhan n'est pas la personne qu'elle prétend être ou ce dont elle s'efforce à ressembler. Il s'agit d'une comédienne, assoiffée de pouvoir comme n'importe quel autre despote.
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

21 juillet 2040
Estuary Times

Image
Raffinerie géante de Bhuj

Inauguration d'une immense raffinerie de pétrole à Daharpur


La cité de Daharpur, l'un des principaux ports en tonnage de trafic maritime et première voie d'accès commerciale vers le Karmalistan, vient d'accueillir sa première grande raffinerie de pétrole. D'une capacité théorique totale de 680 000 barils par jour, elle comptera parmi les plus grandes au Monde.
Inaugurée ce 20 juillet en présence du Raj lui-même, Sarkar Shivaji, elle est la propriété du groupe de raffinage Jamnag Industries une société privée daharane qui possède déjà la raffinerie de Mirpur, l'ancienne (et désormais deuxième) plus importante du pays. Elle jouxte le principal complexe pétrochimique du Rajanagar, dont l'équivalent nordiste se situe à Khorramshahr.

Cette nécessité de raffinage s'explique notamment par le lieu. Daharpur est située sur le passage stratégique qui sépare le plus grand exportateur mondial (Kars) des respectivement deuxième et troisième plus gros importateurs mondiaux (Kaiyuan et Karmalistan).
Principaux pays importateurs de pétrole (estimation du nombre de barils pour l'année 2039) :
1_ Lébira (~600 millions)
2_ Kaiyuan (401 millions)
3_ Karmalistan (212 millions)
4_ Caeturia (~200 millions)
5_ Jernland (~170 millions)
6_ Valdaquie (~160 millions)
7_ Eashatri (~150 millions)
8_ Westrait (~150 millions)

(HRP : si possibles erreurs, me contacter sur discord)
L'ensemble du site de raffinage comprend une manufacture industrielle pour la fabrication de pièces de rechange, des voix d'accès de transport (routes, voies ferrées et même un petit aérodrome), divers installations connexes et même une petite ville nouvelle pouvant loger 2 000 employés.
Si tous les tuyaux étaient arrachés à la raffinerie et mis bout à bout, ils relieraient le Kars au Sengaï.
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

27 juillet 2040
Estuary Times

Image
Jasbir Kejar, le fondateur du régime des "conseils" au Gandhari, et nouvelle figure de proue du communisme mondial

La paix en Janubie : un énième sursis pour la menace communiste


On aurait pu s'en réjouir : la paix signée en Janubie, c'est la fin de l'agression militaire gandharienne contre son voisin rajati, et la dissipation de tout risque de guerre régionale OCC-LIM.

Mais c'est également l'octroie d'un sursis, un sursis de trop, à la dictature communiste gandharienne. Celle-ci n'existe que depuis quelques mois (automne 2039), et déjà elle fait parler d'elle presque quotidiennement dans de nombreux pays.
A son compteur : deux tentatives d'invasions successives, celle de la Vasconie puis celle du Raja-Tika, qui se sont soldées par des échecs cuisants, et une tentative d'incursion subversive au Caskar, peu glorieuse elle-aussi, puisque débouchant sur la mort d'Asha Lota, la "Mamta Shakhan version communiste", tout aussi ambitieuse mais nettement plus extrémiste.
Ces échecs en série, sont concrètement restés impunis. Le blocus de l'OCC a été levé au moment même où il commençait à exercer son effet sur l'économie gandharienne. Quant aux réparations de paix ç supporter pour le Gandhari, elles s'étalent sur 30 ans ! Autant dire quelques miettes chaque année, excepté peut-être l'unique milliard de la première année, pour faire bonne figure.
Autrement dit, sans réel retour de bâton, les Gandhariens n'arrêteront probablement pas leur série d'audacieuses et infatigables projections militaro-idéologiques, agressions ouvertes (Vasconie, Raja-Tika) ou par procuration (Plébéiens au Caskar). L'impétuosité du Gandhari ne sera salutaire à son entourage qu'à partir du moment où tombera son régime de "conseils".

Mais cela est peu vraisemblable. La réalité est qu'il tire son énergie du soutien qu'il reçoit de nombreux pays étrangers. Le Bykova d'abord, qui est le grand maître de l'Internationale communiste, véritable armée multinationale chargée de répandre l'idéologie partout dans le Monde. Ensuite le Westrait, gardien de la sainte doctrine et principal influenceur, celui qui détermine la ligne à suivre. L'Ölan enfin, qui vient tout juste de rejoindre le club à l'issue de sa longue guerre civile : quand une dictature ethnique est remplacée par une dictature idéocratique, où 9 partis sur 10 sont marxistes-léninistes.

Autant de régimes qui se revendiquent "démocratiques", avec leurs élections verrouillées tant par les institutions elles-mêmes que par un climat délétère de pensée unique.

Sans même faire appel aux partisans de la droite au Rajangar, nous laisserons les mots de la fin à l'extrême-gauche rajan, à travers la voix du président du syndicat étudiant Democrats Studients Union (DSU, Union des étudiants démocrates), Dev Masood, 29 ans, également membre de la Ligue Internationale, organisation d'extrême gauche marxiste rajan :

Image
Beaucoup à droite, y compris à la rédaction d'Estuary Times, veulent nous assimiler avec ces dictatures soi-disant socialistes. Mais Marx lui-même aurait été le premier à les renier !

Les deux organisations au sein desquelles je milite depuis maintenant cinq ans, la DSU et la Ligue Internationale, n'aspirent qu'à une nouvelle forme de démocratie, une démocratie sociale, authentiquement marxiste, qui donnerait à la jeunesse, première victime de la précarité, les instruments nécessaires à son auto-émancipation. Une auto-émancipation des ouvriers, des femmes, des réfugiés, des gays et des lesbiennes, et à toutes les minorités sociales, ethniques ou sexuelles persécutées par les religions, le patronat et le patriarcat.

Certes, on entend les mêmes paroles au Westrait et au Gandhari... mais en actes, c'est le niveau zéro.
Je rappelle qu'au Westrait, où règne une propagande qui rappelle les heures les plus sombres (son uniformité trahit sa prétendue spontanéité), le régime chante sans cesse les louanges du défunt pseudo-communiste massacreur sectaire Khalq Ata, et ne cesse de se compromettre avec le régime réactionnaire de Bykova, à la législation des plus rétrogrades, armé d'une police politique qui réprime sa population, et impose le service militaire à sa jeunesse qui pourtant ne demande qu'à s'auto-émanciper !
Au Gandhari, le régime très mal nommé des "conseils" de l'apprenti-dictateur Jasbir Kejar, dont le social-impérialisme n'est plus à démontrer, s'est livré à des actes antisémites en fermant sa principale place boursière de la pire des manières. En soit, une fois encore, les parts égales redistribuées, la fin de la spéculation... tout ceci est bien beau, mais en réalité ce n'est qu'un mirage, faisant oublier au reste du monde le développement insidieux de sa dictature personnelle et de formes pré-totalitaires de gouvernement, que le peuple gandharien et en particulier sa jeunesse vont devoir endurer plus durement qu'ils n'ont déjà souffert du capitalisme.
Quant à l'Ölan... la révolution a été trahi : nous avons soutenu jusqu'au bout la lutte des Kurdes contre leurs oppresseurs turcs... mais cette relation soudaine avec le Westrait et l'uniformisation totale de la vie politique sont de très mauvais présage : à vrai dire, le capitalisme d’État l'a déjà emporté.

Avec mes camarades de la Ligue Internationale et du syndicat étudiant, nous sommes unanimes et inflexibles sur la question : ce que cette guérilla plébéienne, pilotée par les bureaucrates "rouges" de l'I"C", essaie de répandre au Caskar, n'est pas du communisme, mais plutôt une forme hybride de fascisme-rouge orientalisant et hellénophobe !

Ce qu'on retrouve précisément au Karmalistan d'ailleurs... avec cette alliance populiste et ultra-nationaliste entre le Syirkhanat, le PRDK-ML et la Confrérie du Nod, qui surfent sur une oppression imaginaire du Sud envers le Nord, pour y promouvoir subrepticement la féodalité, les religions et la structure de commandement pyramidal. Cela avec la complicité du gouvernement ultra-réactionnaire de Karagol... A terme, ces trois factions, dont deux osent se réclamer du "communisme", cherchent moins à libérer la classe ouvrière qu'à lui imposer une dictature sanguinaire, dont le pilier serait une police politique dont le rôle aurait pour modèle... la Terreur taragaïde.
Le Nod a même une succursale à Daharpur, l' "ORDI", qui profite de la misère ambiante pour répandre son poison niveleur-religieux et totalitaire parmi les plus démunis des bidonvilles. Ces derniers ne comprennent rien : l'inculture fait des ravages, et nous, étudiants marxistes, travaillons sans relâche pour tenter de les immuniser contre cette peste rouge-bleue.

Pour conclure à partir de l'exemple caskar, ce n'est pas à cette Internationale prétendument "Communiste" qu'on adressera notre soutien critique, mais plutôt à ses ennemis. Le Caeturia, le Lébira, les néo-unionistes et les fondamentalistes sont certes tous, capitalistes, et devront être combattus par les gréves en temps voulu, mais ils n'en demeurent pas moins les seuls à se préoccuper du peuple caskar et à chercher à mettre un terme au génocide en cours. Les Plébeiens massacrent leur propre peuple : la jeunesse marxiste du Rajanagar se tiendra solidaire avec tous ceux qui les en empêcheront. Y compris les fondamentalistes caskars, dont nous ne partageons pas les idées, mais qui représentent une voie clairement préférable au totalitarisme militaro-féodal de ces pseudo-rouges.

Entre se rallier -temporairement- à la bourgeoisie pour sauver la démocratie et l'Humanité, ou rejoindre sous prétexte de "solidarité communiste", des misanthropes qui considèrent que l'égalité c'est de tuer tout le monde, nous avons fait notre choix.

A bas l'IC et l'hégémonisme bykovien !
A bas le Nod et toutes ses organisations satellites ! A bas la complaisance du régime karmal !
Vive la démocratie ouvrière et l'auto-émancipation de la jeunesse !
Vive l'auto-émancipation des travailleurs d'où qu'ils viennent !
Dev Masood, militant à la Ligue Internationale et à l'Union des Étudiants Démocrates (extrême gauche marxiste)
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2060
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: Informations (médias rajans / daharans)

Message par Vladimir Ivanov »

13 août 2040
Estuary Times

Image

Manifestations contre la politique socialiste de Karagol


Alors que les élections pour le renouvèlement de la députation du Raj Council approchent, la nationalisation du cuivre, deux ans après celle du fer et de l'acier, achève de socialiser le Karmalistan continental, autant qu'il lui aliène définitivement l'opinion publique au Dahar. Le Dahar qui a su préserver sa liberté sur les grandes lignes, en garantissant à sa population le droit de manifester sa colère. Une colère qui s'est traduite par la mobilisation de centaines de milliers d'indépendantistes daharans dénonçant la politique de la reine, entre-autres à Daharpur, Sujawal, Hyperabad et Alipur.
Mais le mécontentement touche d'abord et avant-tout les Karmali eux-même, en toute légitimité, qui se sont mobilisés par centaines de milliers contre cette politique à Khorramshahr, Karagol, Tchardjou et Tarobaïn. Les slogans scandés sont révélateurs des aspirations des nordistes : la démocratie et la liberté figurent au premier rang devant des prétendues "acquis sociaux" ou "conquêtes sociales", violant les traditions ancestrales de l'islam autant qu'il entrave la libre initiative économique.
Malheureusement, la répression policière, accompagnée d'une contre-manifestation montée de toute pièce par le pouvoir avec l'intervention de partisans ou "volontaires" - certainement payés par le KhAD, ont pour l'heure étouffé ce mouvement. Ces évènements n'en demeurent pas moins porteurs d'espoir à long terme.

Le gouvernement daharan a tenu à apporter officiellement son soutien au peuple karmali en révolte et a riposté à la nationalisation en autorisant sur son territoire, le parti Paix & Justice, interdit jusqu'alors par Karagol, et désormais sur la liste électorale.
_________________________________________________________________________________________________

Répondre

Revenir à « Raj Dahar »