L'âme du Rajanagar

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2057
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

L'âme du Rajanagar

Message par Vladimir Ivanov »

L'âme du Rajanagar
Culture du Raj Dahar

Image
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2057
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: L'âme du Rajanagar

Message par Vladimir Ivanov »

Le complexe funéraire des Mirs Talpur (Hyperabad)

Image

Les mausolées des Mirs Talpurs (ou "Cubbas") sont un complexe de tombeaux où reposent les restes des nawabs - émirs ("mirs") des Talpurs du Rajanagar, une tribu qui dirigea la région de l'actuel Dahar pendant près de 60 ans, de 1784 à 1843.

La plus grande structure en forme de dôme contient deux tombes, celles de Mir Karam Ali Khan (décédé en 1828) et Mir Murad Ali Khan (décédée en 1833). Les autres abritent la sépulture de leurs épouses, de leurs enfants, et d'autres "mirs".

Ces mausolées sont situés dans la vieille "cité du Diamant", aujourd'hui centre historique de Hyperabad. Les carreaux de ces tombes en marbres et rectangulaires, sont richement ornées, souvent de motifs floraux sur fond blanc, tandis qu'ils comportent des inscriptions de versets coraniques et de poésie persane.
Tout cela rappelle curieusement le Tcharkand ou l'Arkadyriane. Signes de l'influence syiro-qarlouke taragaïde qui laissa de profondes traces, lesquelles sont d'ailleurs visibles jusqu'au cœur de la Janubie, en Eashatri et au Mahajanubia.
La couleur brun-orangée, également très présente, rappelle par son aspect vif et chaleureux, la culture janubienne.

Image
Gravures de versets coraniques en arabe, ou de vers de poésie persane.

Image
Intérieur du mausolée principale, avec les pierres tombales de Mir Karam Ali Khan et Mir Murad Ali Khan.

Ce joyau de la culture architecturale et historique daharan est l'un des plus précieux symboles du lien intime qui relie le Rajanagar au reste du Karmalistan. En très mauvais état depuis le XXe siècle, la majeure partie des travaux de restauration se sont achevés tout-récemment, en 2037.
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2057
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: L'âme du Rajanagar

Message par Vladimir Ivanov »

DAHAR TOWERS : LA PORTE DE L'ORIENT

Image

S'élevant à 452 mètres au sommet de leurs flèches, les Dahars Towers, sont (en 2038) les plus hautes tours du Karmalistan. Gratte-ciels de Daharpur, la capitale économique du pays située à son extrémité méridionale, elles sont le joyau du miracle économique de cette région atypique du Karmalistan, le riche et moderne Rajanagar (ou Raj Dahar), au climat tropical et peuplé de Janubiens.
Concrètement, il s'agit de deux tours jumelles en béton armé spécial, de forme très élancée et surmontée de flèches, reliées par une passerelle d'acier située à 170 mètres au-dessus du sol, entre le 41e et le 42e étage.
De leur inauguration en 1999 jusqu'à leur dépassement par ... en 203..., elles étaient les plus hautes structures autoportantes du Monde.

Immeubles de bureau avant-tout, les Dahar Towers abritent le siège de Timurstal, leader mondial du fer et de l'acier (la société accapare à elle seule la moitié de la production mondiale). Et dans son sillage également, elles hébergent les locaux du ministère de l'économie du Rajanagar (Raj Dahar), ainsi que le siège social de ShakatSafar, le géant du cuivre karmali qui a élargi considérablement son domaine d'activités (électroniques, mécaniques...). L'agence bancaire Abkadi du célèbre Khairajul y occupe aussi de nombreux bureaux.
Par ailleurs, le complexe comprend des magasins (en bas), des lieux de culte (mosquée, temples protestant et hindouiste), des salles de concert et plusieurs centres de conférence multimédia.

Les travaux ont duré près de 7 ans (1992) et ont nécessité 37 000 tonnes d'acier et 160 000 mètres cubes de béton armé.
Le béton, matière substantielle, alourdi considérablement les tours. Afin de prévenir tout risque d'effondrement, chacune d'elles sont supportées par 16 piliers géants, eux-même constitués d'un béton de formule spéciale à silice, que l'on retrouve ainsi à chaque étage.
Un indicent de construction avait alors eu lieu en 1994 : un étage n'avait pas respecté les normes dans la formule de conception du béton. Celui-ci fut donc déconstruit et reconstruit dans sa totalité : malgré le caractère extrêmement coûteux de l'opération, aucune défectuosité ne devait être pris à la légère.

Le pont qui relie les deux édifices n'est pas suspendu : il est supporté par quatre câbles en acier extrêmement résistants, lesquels sont articulés par un système complexe à rotules permettant de s'adapter au mouvement distendue des tours en cas de tempête (fréquentes, dans la région du détroit du Dar et de l'isthme shuktène).

Elles comprennent 78 ascenseurs (39 pour chaque tour), dont 29 à grande vitesse, qui, à raison de 7 mètres par seconde, permettent d'accéder du sommet accessible depuis les sous-sols en moins de 90 secondes.
On dénombre pas moins de 32 000 fenêtres. La surface de l'ensemble du complexe dépasse les 500 000 m².

Visibles à tous les navires empruntant le gigantesque détroit éponyme, les monumentales Dahar Towers indiquent aux matelots de Dytolie ou d'Algarbe le seuil de l'Orient. Comme leur nom l'indique, elles symbolisent ainsi à la fois la porte Sud du Karmalistan par son accès le plus emprunté (port et aéroport de la ville côtière de Daharpur) mais surtout, la porte du monde oriental, l'entrée du Janarqei (Janubie-Ventélie-Sharqoz).

Image
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2057
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: L'âme du Rajanagar

Message par Vladimir Ivanov »

Les animaux symboles du Rajangar (1)

Image

L’éléphant de Janubie

Introduction

L'éléphant janubien se distingue de l'éléphant algarbien selon plusieurs aspects :
_ des aspects physiques : on reconnaît le premier de par ses dimensions plus modestes, ses deux bosses sur la tête, une peau poilue, et des oreilles plus petites
_ l'habitat : le janubien vit en forêt, là où le second habite la savane.

Image
1 : l'éléphant janubien
2 : l'éléphant algarbien

Le mâle, solitaire, est plus grand, plus lourd (3 m au garrot en moyenne pour 4 à 5 tonnes) et possède des défenses, tandis que la femelle (2,5 m pour 3 tonnes), qui vit en groupe avec les autres et les petits, en est dépourvu. La cheffe de groupe est toujours la femelle la plus âgée.

Animal forestier, il apprécie particulièrement les étendues d'eau : au Karmalistan, le peu d'individus restants subsistent donc à l'extrémité Sud, au Dahar.

Relations avec l'Homme

L’éléphant est l'un des symboles du Rajanagar. Sa domestication, à usage multiple, remonte à plusieurs millénaires. Chaque pachyderme domestiqué est sous la responsabilité d'un dresseur nommé cornac ou mahout.
On l'utilisait d'abord comme animal de transport, de charges matérielles et d'hommes. Mais aussi comme instrument de guerre, d'ailleurs avant-tout pour intimider l'ennemi et ses chevaux, plutôt que pour écraser. Dans les conflits, il servait aussi comme bête de somme, pour transporter les engins de siège.

Mais son usage en temps de guerre n'a joué qu'un rôle très secondaire (si ce n'est nul) dans ce processus qui semble irrémédiablement le conduire à l'extinction dans un avenir plus ou moins proche. En effet, la cruauté était incomparablement supérieur pour tout ce qui touchait à l'industrie du spectacle, avec les cirques, les combats de gladiateurs et d'animaux dans les arènes... et bien-sûr le braconnage.
L'entrainement des éléphants pour ce genre de "compétition", se fît toujours à partir de la punition (châtiments corporels), plutôt qu'avec la récompense (pourtant tout aussi efficace).
Aujourd'hui, bien que le braconnage soit rigoureusement interdit, la domestication par mauvais traitements est encore pratiqué. Bien qu'interdit à Karagol, cette mesure n'est pas applicable au Rajanagar qui dispose de sa propre législation, plus souple en la matière.

Pourtant il est respecté voire vénéré par la population, et plus particulièrement chez les nombreux hindouistes.
Son rôle actuel est avant-tout touristique : les cornacs vendent leurs services aux touristes pour divers spectacles, les pachydermes étant entraînés à l'exercice d'innombrables tâches... on trouve des éléphants footballeurs, basketteurs, masseurs, boxeurs, jongleurs, musiciens, peintres...
L'industrialisation et l'essor de l'automobile comme moyen de locomotion tendent largement à l'éloigner des villes.

On estime sa population totale à près de 50 000, dont les trois quarts à l'état sauvage : 30 000 en Janubie, 15 000 en Ventélie, et 2 000 au Rajanagar.
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2057
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: L'âme du Rajanagar

Message par Vladimir Ivanov »

Les animaux symboles du Rajangar (2)

Image

Le Lion janarqeian


Le lion de Janarqei, ou lion janubien, voire lion persan, est une espèce de panthera leo qui, à l'instar de l'éléphant janubien par rapport à l'éléphant d'Algarbe, se distingue du célébrissime "roi des animaux" (lion d'algarbe) par une dimension plus modeste. Sa crinière est moins touffue et généralement plus sombre, son pelage est plus épais, sa queue a davantage de poils -et plus longs- à son extrémité.
Ils pèsent environ 180 kg, pour 1,9 mètre de longueur.

Image

Image

Originellement, il vit en groupe, dans une troupe nettement plus petite que celle de son cousin d'Algarbe. Mais il tend progressivement à adopter le mode de vie solitaire, à l'instar des tigres.
Son habitat est la forêt (plutôt que la savane). Les principales proies sont les cervidés Sambar et Chital, ainsi que des bovidés.

En raison du braconnage, l'espèce était "sensée" disparaître au milieu du XXe siècle : il ne restait plus qu'une vingtaine d'individus. Mais elle fut protégée avec une certaine efficacité, faisant remonter le nombre total de lions janarqeians à 300, dont une centaine en Raj Dahar.

Il est l'un des symboles culturels locaux, bien que moins caractéristiques que l'éléphant ou le tigre.

Image
_________________________________________________________________________________________________

Avatar de l’utilisateur
Vladimir Ivanov
Messages : 2057
Inscription : 05 févr. 2020 12:37
NJ : Karmalistan
NJ V3 : Rostovie
Première date d'inscription : 14 mai 2008

Re: L'âme du Rajanagar

Message par Vladimir Ivanov »

Les animaux symboles du Rajangar (3)

Image

Le Tigre de Janubie


Le tigre de Janubie est l'un des trois animaux représentatifs du Rajanagar, avec le lion de Janarqei et le l'éléphant janubien. Il s'agit là aussi d'une espèce menacée, d'ailleurs principalement présente en Eashatri.
Longtemps chassé pour sa fourrure... ou pour le plaisir... l'espèce a bien failli disparaître avec à peine 1500 individus au total à la fin du XXe siècle, époque où on commença à prendre de sérieuses mesures pour le protéger.
Grâce aux répressions anti-braconnage et aux parcs nationaux sous surveillance, ils seraient remontés à 5 000 sur le continent janubien et Ventélie méridionale, encore très peu par rapport aux 40 000 de la fin XIXe siècle. Il en resterait à peine 300 au Raj Dahar.

Après son cousin septentrional (tigre de Natolique), le tigre de Janubie est le deuxième plus grand félin existant. Les mâles mesurent 2,7 mètres de longueur, et pèsent de 180 à 250 kg. A comparer au 145-225 kg pour le célèbre "roi des animaux", le lion d'Algarbe. Cependant, la tigresse est beaucoup plus légère que la lionne, 110-160 kg contre 158-192.

Image

Carnivore, il vit dans les forêts, et en solitaire, sauf bien-sûr la femelle qui élèvera ses enfants. Son espérance de vie moyenne est de 15 ans, soit un peu plus que le lion (12 ans). Particulièrement puissant, il chasse à l'affût (en raison de sa faible endurance), entre-autres : les sangliers, les cervidés (sambar et chital), les antilopes (comme le nilgaut), les buffles d'eau, les gaurs, les singes... et plus exceptionnellement, il lui arrive de s'attaquer aux lions... et aux êtres humains.
Sa réputation de mangeur d'hommes que propagent et entretiennent les vieilles histoires de village, est régulièrement confirmée par que par les nouvelles dans les journaux, dont les disparitions de paysans au sud et à l'est du pays peuvent être attribuées, soit aux crocodiles (crocodiles du Marais et crocodiles marins), soit aux tigres.

En général, ce type de comportement s'explique par le manque de proies "habituelles", ou bien en raison d'une blessure, le poussant à attaquer ces proies faciles de dos, lentes, et souvent désarmés : les hommes. De nombreux paysans ont ainsi eu pour habitude de mettre des masques à l'arrière de leur crâne pour simuler un "regard" actif vers la direction du prédateur.

Image
_________________________________________________________________________________________________

Répondre

Revenir à « Raj Dahar »