Encyclopédie nationale du Royaume d'Alcalá

Dytolie 60-61
Avatar de l’utilisateur
Ramiro de Maeztu
Messages : 35
Inscription : 05 juin 2020 07:51

Encyclopédie nationale du Royaume d'Alcalá

Message par Ramiro de Maeztu »

Encyclopédie nationale du Royaume d'Alcalá





Image
Le siège de l'Académie royale d'Histoire (Real Academia de la Historia) du Royaume d'Alcalá, à Arganda del Rey





Image

Avatar de l’utilisateur
Ramiro de Maeztu
Messages : 35
Inscription : 05 juin 2020 07:51

Re: Encyclopédie nationale du Royaume d'Alcalá

Message par Ramiro de Maeztu »

Présentation générale

Image
Une vue partielle sur la capitale du Royaume d’Alcalá, Arganda del Rey, depuis le palais des Encinas, résidence officielle de la famille royale alcalègne


A. Principales données
Nom officiel : Royaume d’Alcalá
Système politique : royaume
Système économique : libéralisme

Capitale : Arganda del Rey
Autres grandes villes : Navacerrada, Arévalo, Medina del Campo, Palma del Río
Langues officielles : espagnol (ou castillan)
Autres langues et dialectes locaux : aucune autre
Gentilé : Alcalègnes (alcalaínos en espagnol)
Population globale : 25 001 600 habitants (2042)
Superficie totale : 155 870,11 kilomètres carrés
Densité de population : 160,4 habitants au kilomètre carré

Monnaie : real (pluriel français : réaux ; symbole : RL)
Produit intérieur brut (PIB) :
Produit intérieur brut par habitant :
Fête Nationale : 30 janvier (anniversaire du roi)
Animal représentatif officiel : la belette
Végétal représentatif officiel : le cerisier
Minéral représentatif officiel : l'améthyste

Domaine Internet : .alc
Indicatif téléphonique international : +34

B. Symboles nationaux


Image
Le drapeau alcalègne présente un fond bordeaux, qui rappelle la couleur historique de la capitale, Arganda del Rey, et du sang versé pour la liberté lors de la Guerre des Communautés d’Alcalá.
Les quatre tours crénelées dorées du coin supérieur gauche sont à leur tour un symbole de la liberté de la bourgeoisie urbaine médiévale et moderne. Elles évoquent également le riche patrimoine artistique et architectural de la nation.
Elles sont significativement placées en surplomb de sept couronnes royales dorées, marqueur de richesse et emblème de la monarchie, qui doit rendre des comptes aux citoyens.



Image
Les armoiries historiques du Royaume d’Alcalá reprennent en surplomb la couronne royale, qui encadre trois champs différents
- l’aigle d’or sur fond azur, animal fétiche de la famille Padilla (l’une des principales dynasties bourgeoises à avoir lutté durant la Guerre des Communautés d’Alcalá) ;
- l’ours dévorant des baies, encerclé d’étoiles blanches, fait partie des armes de la famille Bravo (autre lignée bourgeoise célèbre de la Guerre des Communautés d’Alcalá) ;
- la couronne de gui enrubannée de pourpre sur fond doré est pour sa part l’emblème des Maldonado (troisième grande famille de la Guerre des Communautés d’Alcalá).



Paroles :
¡Gloria y honor eterno
A ti, sin par matrona!
La gratitud pregona:
¡Gloria y honor a ti, gloria a ti!
« ¡Madre Alcalá, guíanos tú! »,
Será siempre éste nuestro grito.
Y tú has de ser la luz
Que al mundo inunde de amor y paz.
Alcalá incomparable,
Tú diste al mundo reyes,
De tu virtud las leyes
Copiar al mundo vimos.
Fuiste heraldo de la libertad,
Fuiste madre y reina sin igual de valor.
De tu sacro solio al pie,
Con el alma, damos nuestro amor.
¡Gloria y honor eterno
A ti, sin par matrona!
La gratitud pregona:
¡Gloria y honor a ti, gloria a ti!


En français :
Gloire et honneur éternel,
À toi, mère sans égal !
La gratitude le proclame :
Gloire et honneur éternel à toi, gloire à toi !
« Notre mère Alcalá, guide-nous ! »,
Voilà quel sera toujours notre cri.
Et tu dois être la lumière
Qui inonde le monde d’amour et de paix.
Alcalá incomparable,
Tu as donné des rois au monde,
Nous avons vu le monde
Copier les lois de vertu.
Tu as été le héraut de la liberté,
Tu as été mère et reine sans pair par son courage.
Avec notre âme, au pied de ton trône sacré,
Nous donnons notre amour.
Gloire et honneur éternel,
À toi, mère sans égal !
La gratitude le proclame :
Gloire et honneur éternel à toi, gloire à toi !

L’hymne Madre Alcalá, entonné à de nombreuses occasions par les citoyens alcalègnes mais aussi par diverses chorales (genre musical très apprécié dans le Royaume), est le chant officiel du pays depuis 1732.
La musique, du compositeur Francisco Tárrega (1682-1756), a été remaniée deux siècles plus tard par son lointain descendant, Enrique Tárrega (1898-1967).
Les paroles sont l’œuvre de l’un des grands poètes nationaux, Francisco de Quevedo (1580-1645) et n’avaient pas à l’origine prévues pour être chantées dans le cadre d’un hymne. Il s’agissait d’une ode à la patrie qui est tout naturellement apparue à Francisco Tárrega comme l’accompagnement parfait pour sa musique.
C’est le roi Philippe IV (1700-1746) qui sanctionne officiellement au cours de son règne l’usage aussi bien de l’hymne que du drapeau.


Image
La côte sud-ouest du Royaume d’Alcalá, au niveau de la commune de Castillejo de Mesleón



La devise officielle du Royaume d’Alcalá, A mari usque ad mare, signifie « De la mer à la mer » en latin. Elle fait référence à la double façade maritime, orientale et occidentale, du pays.
Image

Avatar de l’utilisateur
Ramiro de Maeztu
Messages : 35
Inscription : 05 juin 2020 07:51

Principaux aspects législaifs

Message par Ramiro de Maeztu »

Principaux aspects législatifs


Image
La Cour des Comptes (Tribunal de Cuentas du Royaume d'Alcalá, à Arganda del Rey



Le Royaume d'Alcalá ne dispose pas de Constitution au sens où aucun texte unique ne régule les grands aspects institutionnels, politiques et sociaux de la nation. Le pays se fonde ainsi sur une constitution "non écrite", c'est-à-dire sur un droit s'accumulant au fil des décisions de justice et des lois édictées par le gouvernement depuis le XVIe siècle.


1) Liberté d'expression : totale - les rares réglementations existantes en la matière visent simplement à prévenir l'appel à la violence et au meurtre ainsi que la diffamation
2) Liberté de culte : totale - le Royaume d'Alcalá n'est pas un pays laïc à proprement parler (de nombreux symboles et cérémonies de nature religieuse restent attachés à différentes facettes de l'État, notamment la monarchie) mais ne finance aucun culte
3) Liberté de rassemblement : totale - elle ne peut être limitée que dans certains cas spécifiques (notamment les lieux et espaces interdits au public ou aux attroupements)
4) Liberté d'association : totale (y compris au niveau politique) - il existe un Registre national des Associations (Registro Nacional de Asociaciones) qui demande un simple formulaire de deux pages à la création de l'association - le droit d'association est un acquis du legs juridique alcalègne depuis 1802
5) Liberté de grève : totale - elle ne doit cependant pas investir des lieux privés ou amener à la dégradation de la propriété d'autrui

6) Droit des femmes : stricte égalité hommes-femmes - contrairement à d'autres pays, il n'existe en Alcalá aucun organisme public chargé de vérifier les écarts de salaires entre hommes et femmes, l'État considérant qu'il n'a pas à s'immiscer dans les affaires financières privées
7) Droit des enfants : comparables aux standards libéraux internationaux
8) Droits des animaux : les animaux sont reconnus comme des êtres doués d'une sensibilité - la législation alcalègne dans le domaine, dont les plus anciens textes remontent aux années 1960, évoque des seres semovientes (littéralement, "êtres se déplaçant par eux-mêmes") qui ne peuvent être l'objet de torture ou de mauvais traitements - des lois postérieures régulent l'élevage et l'abattage des bêtes - la consommation de viande est un droit reconnu par le Royaume d'Alcalá

9) Héritage : selon les lois en vigueur, droit largement assuré - les taxes sur les héritages et les donations du vivant sont très faibles en Alcalá
10) Propriété privée : reconnue avec une protection particulière - la propriété privée a historiquement un rang quasi-sacré en Alcalá
11) Esclavage : interdit - en Alcalá, la traite des personnes humaines a été abolie en même temps que l'esclavage en 1801

12) Mariage civil : reconnu - il est obligatoire en Alcalá et doit forcément précéder un mariage religieux
13) Mariage religieux : autorisé - il n'a aucun caractère obligatoire, n'est pas reconnu par l'État et ne peut être effectué qu'après le mariage civil
14) Adoption : reconnue - cette reconnaissance est facilitée au cas où les enfants seraient nés de nationalité étrangère
15) Mariage et adoption pour les couples du même sexe : légaux - leur légalisation a été très précoce en Alcalá, puisqu'elle est l'objet d'une loi votée par le Parlement en 1972
16) Relations sexuelles hors mariage : légales - par une loi de 1856, l'État alcalègne les dépénalise, tout comme l'adultère, considérant qu'il n'a pas à "entrer dans la chambre à coucher des citoyens"
17) Divorce : légal - il est l'objet d'une loi de légalisation dès 1906
18) Mariages consanguins : autorisés à partir du deuxième degré collatéral - les Alcalègnes sont toutefois plutôt du genre à aller chercher leur partenaire en dehors du noyau familial, et ce depuis des siècles...
19) Contraception : autorisée - depuis 1945, des lois successives facilitent l'accès à la contraception masculine et féminine
20) Avortement : légal sans avis médical jusqu'à la vingtième semaine de grossesse, légal avec avis médical obligatoire au-delà - les femmes âgées de 15 à 18 ans peuvent le pratiquer sans autorisation parentale - des débats existent aujourd'hui pour supprimer totalement l'avis médical obligatoire, qui est cependant facile à obtenir
21) Polygamie : interdite - elle n'est jamais entrée dans les coutumes alcalègnes mais une loi de 1702 l'interdit formellement
22) Homosexualité : dépénalisée - à l'issue d'intenses débats, la Loi sur les Pratiques privées (Ley de Prácticas Privadas) de 1878 la dépénalise totalement
23) Exhibitionnisme : interdit - les atteintes à la pudeur sont sévèrement réprimées en Alcalá
24) Prostitution : autorisée - prostitution et racolage sont autorisés dans les faits en Alcalá depuis longtemps, même s'il faut attendre une loi de 1976 pour que ces pratiques fassent l'objet d'une attention spécifique et d'une régulation ad hoc
25) Pornographie : autorisée - c'est une loi de 1907 qui la dépénalise totalement
26) Pédophilie et pédopornographie : interdites - réprouvées par la société, sévèrement punies, ces pratiques font l'objet de peines très dures
27) Zoophilie : interdite - en tant qu'être doués de sensibilité, les animaux ne peuvent être contraints à des actes sexuels avec des êtres humains
28) Jeux de hasard, jeux d'argent, paris payants : autorisés - bien que légaux de longue date en Alcalá, ils sont strictement régulés jusqu'aux grandes Lois sur les Jeux (Leyes de Juegos) des années 70, qui dérégulent le secteur

29) Peine de mort : abolie - son abolition fait l'objet d'une loi en 1934, même si aucune sentence de mort n'est prononcée dans le pays depuis 1876

30) Majorité civile : 18 ans
31) Majorité pénale : 15 ans - entre 15 et 18 ans, les mineurs sont jugés par des tribunaux spéciaux et ne peuvent être emprisonnés avec des détenus majeurs
32) Majorité sexuelle : 15 ans - les relations entre une personne de moins et une personne de plus de 15 ans font l'objet d'interdictions spécifiques
33) Permis de conduire : à partir de 16 ans - la limite a été abaissée de 18 à 16 ans en 1998

34) Droit d'entreprise : total - il s'agit de l'un des piliers du Royaume d'Alcalá et de sa prospérité, ce qui explique que ses limitations soient peu nombreuses

35) Scolarisation : obligatoire entre 3 et 15 ans - elle est fortement conseillée entre 1 et 3 ans - tous les établissements scolaires et universitaires sont privés en Alcalá et l'État n'assure de dépenses en la matière que pour un petit nombre d'élèves, par le biais de bourses au mérite ou d'aides aux plus démunis
36) Âge minimal légal pour travailler : 15 ans - il existe de fait des dérogations pour certains cas spéciaux et réduits en nombre
37) Droit à la retraite : reconnu mais privé - il n'existe aucune caisse de retraite publique en Alcalá - une loi de 2000 fixe l'âge minimal de départ à la retraite à 65 ans mais avec une très large marge laissée aux employeurs et aux employés - l'âge réel de départ à la retraite se situe à 64,3 ans
38) Droit à la santé : reconnu mais privé - en dehors de certains cas très spécifiques (extrême pauvreté), l'État ne finance pas la santé des Alcalègnes

39) Âge minimal pour occuper un poste électif : 18 ans - jusqu'en 2006, il fallait avoir au minimum 30 ans pour être élu président du gouvernement

40) Naturalisations : autorisées mais régulées par l'État - leur régulation et leur nombre font partie des débats les plus brûlants de l'actualité alcalègne
41) Acquisition de la nationalité : par droit du sang et avec validation obligatoire par les services de l'État - il s'agit de l'un des aspects les plus régulés de la législation nationale
42) Déchéance de nationalité : interdite - la loi alcalègne interdit notamment de créer des apatrides
43) Droit de vote : assuré à partir de la majorité civile (18 ans) pour les seuls citoyens alcalègnes - ne peuvent en être privés que les personnes en détention et celles reconnues mentalement incapables de l'exercer par un médecin assermenté - le vote par courrier, le vote électronique et la procuration sont des modalités courantes en Royaume d'Alcalá - les personnes de nationalité étrangère ne peuvent pas l'exercer dans le pays

42) Torture : interdite - toutes les pratiques s'apparentant de près ou de loi à de la torture, que cette dernière soit pratiquée par un particulier ou par les services de l'État, sont formellement interdites et sévèrement punies depuis 1798

43) Service militaire obligatoire : aboli - son abolition fait l'objet d'un texte législatif daté de 1978
44) Engagement dans l'armée : autorisé - il est permis aux seuls Alcalègnes âgés d'au moins 15 ans, qu'ils soient hommes ou femmes - nul mineur ne peut être envoyé sur un théâtre d'affrontement extérieur
45) Port d'arme : autorisé - pilier de la société alcalègne, le port d'arme est extrêmement courant (l'on estime qu'en moyenne, chaque foyer alcalègne possède au moins deux armes à feu et trois armes blanches de type II, c'est-à-dire "létales") et il est défendu par de puissants lobbies - depuis 2007, une loi spécifique autorise les particuliers à faire acquisition d'armes d'assaut de l'armée sans restrictions

46) Consommation, détention, fabrication et vente de drogues : totalement dépénalisées - une loi de 1988 autorise toutes ces pratiques sans restriction possible, exception faite des mineures et des personnes reconnues mentalement incapables par un médecin assermenté
47) Consommation d'alcool et de tabac : autorisée - elle est permise à toute personne pouvant justifier d'un âge égal ou supérieur à 15 ans

48) Franc-maçonnerie : autorisée - elle est totalement dépénalisée dès 1665 - une loi de 1867 étend cette dépénalisation à toutes les "sociétés secrètes" se conformant aux lois en vigueur dans le pays

49) Résidence des étrangers : autorisée mais régulée - toute une batterie de lois définit les conditions au titre desquelles un étranger peut légalement résider et travailler en Royaume d'Alcalá
50) Passage des frontières par des citoyens étrangers : autorisée mais régulée - les forces de l'ordre affectées au contrôle des frontières terrestres, maritimes et aériennes s'assure du respect de lois en vigueur pour admettre ou non l'entrée d'un étranger sur le territoire national

51) Accès à la justice : gratuit - avec les forces de l'ordre et l'armée, la justice est l'un des trois seuls secteurs publics en Alcalá - l'État assure le financement d'un avocat commis d'office pour les personnes n'ayant pas les moyens d'en payer un - la justice doit être rendue publiquement (sauf cas exceptionnels définis par l'État), en vertu des lois en vigueur et de façon équitable
52) Appartenance à un réseau terroriste : interdite - l'État réprime sévèrement l'association de malfaiteurs et le terrorisme - les exécutions par l'armée et les services secrets de terroristes présumés ou reconnus coupables sur le territoire national sont interdites et elles sont strictement régulées en opération extérieure - la simple propagande en faveur d'actions violentes et/ou illégales et d'une organisation terroriste ou la préparation d'un acte terroriste tombent sous le coup de la loi

53) Offense aux symboles nationaux ou au chef de l'État : partiellement interdite - toute critique formulée contre le chef de l'État ou les symboles nationaux, bien que socialement mal considérée, est autorisée si elle procède d'un esprit politique et "constructif" (laissé à l'appréciation de la justice) - les dégradations "gratuites" de drapeaux ou de portraits du roi/de la reine et de sa famille, par exemple, sont, dans les faits, toujours sanctionnées par les tribunaux compétents
54) Apologie des idéologies totalitaires : statut fluctuant - si la liberté d'expression est très étendue au Royaume d'Alcalá, l'apologie d'idéologies totalitaires (fascisme, nazisme, stalinisme, etc.) peut être sanctionnée par la justice si cette dernière décèle des appels à la violence, à la discrimination ou à l'organisation d'actes illégaux

55) Discrimination : interdite - la totalité des lois en vigueur en Alcalá qui traitent de ce sujet interdisent la discrimination fondée sur l'ethnie, l'origine, le sexe, l'orientation sexuelle et toute autre condition personnelle légale dans tous les aspects de la vie publique (instruction, travail, divertissement, accès aux espaces publics, etc.) - l'accès au territoire, à bon nombre d'emplois et à bien des avantages liés à la citoyenneté alcalègne peut en revanche être interdit aux étrangers en vertu des lois en vigueur

56) Transsexualisme : autorisé - officiellement autorisées en 1981, les opérations devant mener à un changement de sexe sont facilitées administrativement depuis une loi de 2001, qui libéralise aussi les modifications administratives afférentes

57) Mouvements sectaires : autorisés sous conditions - la liberté de croyance est totale en Alcalá mais toute organisation ou association, quelles qu'elles soient, doivent respecter les lois en vigueur dans le pays
58) Organisations non gouvernementales : autorisées - elles doivent se conformer aux lois en vigueur dans le pays

59) Métissage : autorisé - l'État alcalègne ne se mêle pas des relations privées de ses citoyens

60) Organismes génétiquement modifiés : autorisés - après d'âpres débats, leur création, culture et commercialisation a été permise en Alcalá par une loi de 2005
61) Manipulations génétiques et embryonnaires : autorisées - une loi datée de 2022 les permet dans le respect des textes législatifs en vigueur
62) Clonage animal : autorisé - la loi de 2022 susmentionnée ouvre la porte au clonage à grande échelle
63) Engrais et pesticides non biologiques : autorisés - aucune loi n'interdisant leur utilisation, ils sont permis de facto, l'État alcalègne étant de toute façon peu regardant sur la façon dont sont gérées les exploitations agricoles sur son sol
64) Additifs alimentaires : autorisés - aucun texte législatif ne s'oppose là non plus à leur utilisation

65) Blasphème : autorisé - dès les années 1650, les insultes aux religions sont largement tolérées au Royaume d'Alcalá avant d'être formellement permises en 1682
Image

Avatar de l’utilisateur
Ramiro de Maeztu
Messages : 35
Inscription : 05 juin 2020 07:51

Re: Encyclopédie nationale du Royaume d'Alcalá

Message par Ramiro de Maeztu »

Principaux aspects économiques et fiscaux



Image
Le centre commercial Canalejas, situé en plein cœur de la capitale alcalègne, Arganda del Rey






A) Principes économiques généraux

De tradition libérale, le Royaume d'Alcalá reconnaît les libertés individuelles, l'intervention minimal de l'État, la propriété privée et le droit d'entreprise comme des valeurs suprêmes qui ne peuvent être modifiées que par le strict bien commun.
Entrepreneurs, audacieux et amateurs de chiffres aussi bien que de lettres, d'arts, de sciences et de techniques, les Alcalègnes refusent dans leur très grande majorité l'immixtion de l'État et de ses représentants dans leur vie publique et privée. De fait, le pays ne connaît que trois secteurs publics : l'armée, la justice et les forces de l'ordre - outre le fonctionnement de l'administration en elle-même. Encore l'État externalise-t-il dès que possible certaines missions parallèles au service public.

Le nombre de fonctionnaires est donc réduit par rapport aux pays comparables - 170 000 environ sur une population de 25 millions de personnes approximativement.
Santé, retraites et instruction sont autant de domaines totalement privés en Alcalá et l'État n'intervient qu'à la marge pour assurer certains éléments unificateurs (les programmes scolaires, les concours et les diplômes, par exemple) ou pour venir en aide à un petit nombre de citoyens reconnus comme très nécessiteux.
L'État a également pour mission de s'assurer qu'aucune discrimination illégale n'est commise par une entité privée liée au monde de l'éducation, du travail ou du divertissement. De même, il se fixe pour mission essentielle d'accorder à tous les Alcalègnes résidant sur le territoire national, quelle que soit leur condition de départ, l'égalité juridique stricte. Les étrangers résidant et travaillant légalement au Royaume d'Alcalá bénéficient également de cette protection.








B) Grands traits du système fiscal

1) Impôt sur le revenu : inexistant - il a brièvement existé de 1898 à 1905 avant d'être aboli - si certains proposent sa réinstauration, cette idée se heurte à l'hostilité majoritaire des Alcalègnes
2) Impôt sur les sociétés : existant - son taux est variable en fonction du chiffre d'affaires de la société, si cette dernière est fiscalement domiciliée en Alcalá - dans les faits, les taux sont généralement bas, ce qui attire des entreprises venues du monde entier

3) Tarifs douaniers : variables sur décision de l'État - en fonction des besoins de l'économie nationale, l'État se réserve le droit d'abaisser ou d'augmenter les tarifs à l'entrée des marchandises - dans les faits, ces tarifs sont très bas, voire nuls pour tous les produits que l'Alcalá ne produit pas lui-même
4) Taxe sur les transactions financières : inexistante

5) Taxes sur les héritages et donations du vivant : existantes - dans les faits, elles sont plutôt basses
6) Autres taxes directes aux particuliers : existantes - mais, dans les faits, assez rares (taxe foncière au-dessus de certains seuils de propriété, par exemple) - l'État se réserve le droit d'en créer au besoin mais leur instauration passe obligatoirement par l'organisation d'un référendum national depuis 1875

7) Taxes sur les produits et dérivés pétroliers et gaziers : existante - relativement basse dans les faits
8) Taxe sur la valeur ajoutée : existante - élevée (21 %) dès lors qu'il ne s'agit pas de produits de première nécessité (lesquels sont taxés à 5 %, voire 0 % dans certains cas), elle représente une part importante des recettes fiscales de l'État
9) Taxe spécifique sur les produits de luxe : existante - élevée, elle représente là encore une partie substantielle de l'argent qui rentre dans les caisses publiques
10) Taxes touristiques : existantes - faibles, elles sont généralement laissées à l'appréciation des communes, qui en perçoivent le bénéfice
11) Taxes environnementales : existantes - mais très faibles dans les faits, bien que des voix s'élèvent aujourd'hui pour les augmenter



"Nul ne peut être soumis à l'impôt arbitrairement ou plus que de raison" (vieille maxime juridique alcalègne)
Image

Avatar de l’utilisateur
Ramiro de Maeztu
Messages : 35
Inscription : 05 juin 2020 07:51

La démographie alcalègne

Message par Ramiro de Maeztu »

La démographie alcalègne

Image
L'accès principal au rectorat de l'Université royale d'Arganda del Rey, plus grand établissement universitaire du Royaume d'Alcalá par son nombre d'étudiants



Pays vieillissant, le Royaume d'Alcalá est un pays qui fait aussi peu d'enfants. Peuplé de 25 001 600 personnes en 2042, l'Alcalá connaît un taux de natalité très bas (8,1 pour mille) et un taux de fécondité lui aussi extrêmement faible (1,3 enfant par femme, soit bien en-dessous du seuil de renouvellement des générations). Le taux de nuptialité est de 3,6 pour mille et le taux de divorce, de 52,3 % environ.
Le taux de mortalité alcalègne est historiquement bas - 481,4 morts par tranche de cent mille habitants si l'on s'intéresse au taux ajusté en fonction de l'âge.

À la fin de l'année 2041, l'on comptait en Alcalá 11,6 millions d'actifs (avec un taux de chômage de 3,7 %) pour 4,1 millions de personnes retraitées et 9,26 millions d'enfants âgés de 0 à 15 ans.

Sur la population totale :
- les femmes représentent environ 12,7 millions de personnes ;
- les étrangers en situation légale atteignent 2,4 millions de personnes ;
- les personnes handicapées sont au nombre approximatif de 940 000 ;
- l'on estime à 15 000 le nombre de travailleurs illégaux dans le pays ;
- et les femmes au foyer sont 650 000 environ.

En 2041, environ 52 000 personnes originaires de l'étranger ont reçu la citoyenneté alcalègne.
L'espérance de vie dans le pays atteint 82,4 ans en moyenne - 83,2 ans pour les femmes et 81,6 ans pour les hommes.






Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Ramiro de Maeztu
Messages : 35
Inscription : 05 juin 2020 07:51

Résumé de l'histoire du Royaume d'Alcalá

Message par Ramiro de Maeztu »

Résumé de l'histoire du Royaume d'Alcalá




Image
Le "trésor de Matapozuelos" (tesoro de Matapozuelos), ensemble de couronnes votives médiévales datant probablement du VIIe siècle de notre ère





I) Préhistoire et premiers peuplements



La préhistoire en territoire alcalègne débute approximativement vers 1 300 000 années avant notre ère, avec le Paléolithique inférieur. C'est à cette époque que les premiers hominidés commencent à peupler ce qui deviendra par la suite le Royaume d'Alcalá, et ce en trois phases successives : l'ère dites "des outils en silex", l'ère de l'Abbevillien et l'ère de l'Acheuléen. Ces trois périodes sont caractérisées par l'industrie de la pierre et une économie fondée sur la chasse, notamment dans les grandes vallées fluviales alcalègnes.
Nomade, l'homme préhistorique du Paléolithique inférieur ressemble probablement aux australopithèques dont on a retrouvé de nombreux squelettes dans les grottes d'Atapuerca et de Morín.
Autour de 60 000 avant notre ère pénètre en Alcalá l'homme de Neanderthal et cette arrivée provoque dans la région une véritable révolution culturelle, anthropologique et biologique. Les aptitudes des hominidés peuplant la zone sont alors décuplées et les traces de cette époque qui nous sont parvenues témoignent d'un indubitable perfectionnement de l'artisanat de base.
Pourtant, vers -35 000, l'apparition d'Homo Sapiens, sous sa forme dite d'"homme de Cro-Magnon", entraîne la disparition rapide et irrémédiable de l'homme de Neanderthal, qui paraît moins adapté à son environnement que son nouveau concurrent et bien moins agressif que lui.

Au Mésolithique (11 700-5 500 avant notre ère), l'économie humaine se complexifie notablement et l'on a retrouvé des colliers faits de coquillages et de pierres précieuses faciles d'accès datés d'environ -8 600 en divers points de la géographie nationale. La disparition des grands mammifères (à l'image des mammouths laineux) pousse les groupes et tribus à se reporter vers de petites proies ainsi que vers la pêche.
Les logements de la période sont plus aboutis et ressemblent à des cabanes à une seule pièce, avec un toit de branchages et de chaume. Les archéologues certifient que les premiers rites funéraires commencent dès cette époque - avec un certain raffinement, d'ailleurs.

Le Néolithique débute en Alcalá autour de 5 500 avant le début de notre calendrier et s'achève vers -2 500. La céramique se généralise sur le territoire de notre future nation tandis que l'habitat cavernicole est totalement abandonné. Les dernières grottes habitées, comme celle de La Carihuela, dans le sud du pays, remontent à environ à 3 400 avant notre ère et les peintures rupestres que l'on peut y observer sont d'une grande beauté. De fait, l'homme semble désormais privilégier des habitations circulaires et des enterrements dans des fosses clairement séparées des zones de peuplement - comme à El Piñar, plus grande nécropole préhistorique du Royaume d'Alcalá.




Le long métrage alcalègne Altamira relate la découverte au XIXe siècle de la plus célèbre des grottes préhistoriques de notre pays, située sur le territoire de la commune de Santillana del Mar



II) Antiquité et civilisation des Tartessiens
III) Époque moderne, fin de l'absolutisme et essor de la bourgeoisie parlementaire
IV) Époque contemporaine : l'épanouissement de la démocratie




En construction...
Image

Avatar de l’utilisateur
Ramiro de Maeztu
Messages : 35
Inscription : 05 juin 2020 07:51

Caractéristiques géographiques du Royaume d'Alcalá

Message par Ramiro de Maeztu »

Caractéristiques géographiques du Royaume d'Alcalá




Image
La chaîne montagneuse d'Ezcaray, dans le nord du Royaume d'Alcalá, en plein hiver







En construction...
Image

Verrouillé

Revenir à « Alcalá »