Presse des Ârpes

Dytolie 87
Avatar de l’utilisateur
Germanique
Messages : 18
Inscription : 04 juin 2020 14:15

Presse des Ârpes

Message par Germanique »

Journaux de la Républiques des Ârpes

Image



La presse arpienne, bien que libre, est en fait pauvre en diversité. Si au début du 19ème siècle de nombreux titres étaient édités, aujourd'hui il n'en reste plus qu'une poignée.




Image

L'Etoile des Ârpes : Fondé en 1910 sous le nom de l'Etoile, il absorbe progressivement les autres quotidiens du pays. La Gazette des Ârpes en 1947, la Tribune en 1958 et le Quotidien de la République en 1972. Journal généraliste, il est aujourd'hui le dernier quotidien national. Proche des idées du Parti Conservateur-Catholique. Ce dernier bénéficie d'une couverture privilégiée de la part de journal.




Image

La Liberté : Fondé en 1876, quotidien jusqu'en 1994, il est hebdomadaire depuis lors. Journal généraliste et politique, plus ancien journal encore imprimé. Organe de presse officiel du Parti Radical depuis sa fondation.




Image

La Voix du Peuple : Fondé en 1928, quotidien jusqu'en 1986, hebdomadaire depuis lors. Journal essentiellement politique. Organe de presse officiel du Parti Socialiste et du Cartel Syndical ârpien.

Avatar de l’utilisateur
Germanique
Messages : 18
Inscription : 04 juin 2020 14:15

Re: Presse des Ârpes

Message par Germanique »

Image

Coup d’envoi pour les élections du mois d’octobre

Le Parti Radical a dévoilé sa stratégie électorale pour les scrutins du 12 octobre 2042. La présidente du Parti, Mme Lucie Bornet s’exprime dans nos colonnes à ce sujet.

La Liberté (LL) : Votre stratégie est ambitieuse, car vous attaquez l’hégémonie du PCC tant au Grand-Conseil qu’au Conseil d’Etat. Alors que souvent l’on à vu le Parti Radical comme un partenaire de ce même PCC.

Lucie Bornet (LB) : Je pense que le temps où nous comptions sur la sympathie du PCC pour garantir nos sièges est révolu. Nous l’avons vu lors des deux dernières élections parlementaires que cela ne marchait plus et notre parti s’est à mon avis fourvoyer dans ces alliances.

(LL) : Est-ce une marque que vous souhaitez imprimer à votre présidence ?

Lucie Bornet (LB) : J’ai repris la présidence du Parti l’an dernier avec comme programme de donner un nouveau souffle, plus progressiste à notre pays. Nous ne pouvons plus vivre dans une république gouvernée par les intérêts du grand parti majoritaire.

(LL) : Vous remettez en cause les stratégies du passé, vous n’allez pas vous faire beaucoup d’amis au sein des radicaux.

(LB) : Au contraire, vous savez, de nombreuse fois déjà l’on m’a témoigné des encouragements à poursuivre dans cette voie. Les plus anciens notamment et surtout les jeunes, qui veulent un parti fort et indépendant. Après il est clair que pour ceux qui pensaient qu’en bénéficiant du soutien informel du PCC cela garantissait leur siège au Grand-Conseil, cela ne plaît pas. Mais aujourd’hui nous devons aller au-devant des électeurs pour ce que nous sommes et pas pour récupérer les miettes laissée par les autres. En cela nos adversaire socialistes et écologistes ont compris depuis toujours que c’est avec ses idéaux que l’on se bat !

(LL) : Justement, est-ce que cela remet en cause les fondements idéologiques du Parti Radical ? Naturellement plus proches du PCC et de l’Union Agrarienne, qu’avec les socialistes ou les écologistes.

(LB) : Bien sûr, nous sommes libéraux et nous défendons une économie libérale et la responsabilité individuelle, en cela nous seront toujours fidèle à nos engagements. Mais n’oubliez pas que nous sommes également des libéraux parce que nous défendons la justice pour tous et une société plus ouverte, une démocratie plus populaire.

(LL) : L’assemblée du Parti Radical aura lieu vendredi soir, est-ce que vous pouvez nous dire plus sur la stratégie choisie ?

(LB) : Le Comité national, en accord avec les comités de dizains, a décidé que nous présenterions des listes ouvertes dans tous les dizains. Aujourd’hui nous disposons de 32 sièges au Grand-Conseil, tous les sortants ne se représentent pas, mais nous pouvons compter sur 105 candidatures. Les assemblées de nos sections de dizains ont déjà nommé leurs candidats et nous pourrons ainsi les élire lors de l’assemblée de vendredi.

(LL) : 105 candidatures, pour 32 sièges, l’attaque est frontale, les places seront chères, car le PCC devrait lui aussi présenter passablement de candidats. Vous n’avez pas peur de « prendre un bouillon » ?

(LB) : Soit-l’on a de l’ambition, soit-l’on en en pas, calculer que d’après notre force nous pourrions au mieux espérer une progression de 5 sièges et de présenter 40 candidatures, c’est aller droit à l’échec. Je n’ai jamais été adepte des listes fermées, plus l’on a de candidat, plus l’on augmente les chances de faire des sièges. Là encore, les Socialistes et les Ecologistes nous ont précédé et depuis maintenant 20 ans ils sont en constante progression en termes de voix.

(LL) : Pour le Conseil d’Etat en revanche vous êtes plus prudente car vous ne présentez que 3 candidatures. Est-ce par manque de vocation ?

(LB) : Absolument pas, mais chaque élection a sa logique. Au système majoritaire ce sont les personnes qui sont plus importante que les partis. Dès lors nous présentons deux profils complémentaires, dont notre conseillère sortante. (NDLR : Sandrine Blanc). De plus notre parti a toujours été partisan de la pluralité. Le PCC détiens la majorité absolue au gouvernement depuis la nuit des temps, mais cela n’est pas justifié et si la tendance amorcée lors des dernières élections se poursuit, la perte de la majorité absolue au Grand-Conseil ne le justifiera plus du tout.

(LL) : Donc, plus de pluralisme, c’est aussi ouvrir la porte à une plus forte représentation de la gauche ?

(LB) : Si les résultats électoraux de ces partis devaient progresser encore, il n’y aurait pas de raison qu’ils ne puissent pas eux aussi bénéficier d’une plus juste représentation.

(LL) : Un socialiste de plus, pour vous c’est envisageable ?

(LB) : En terme démocratique bien sûr, nous gagnerions à un plus grand consensus au sein du gouvernement. Après évidemment tout dépendrait du profil du candidat ou de la candidate…

(LL) : Ce que nous pouvons conclure de tout ceci, c’est que vous partez au combat pour gagner.

(LB) : Si vous vous présentez aux élections, avec l’ambition de ne pas être élu, il ne faut pas le faire. Cela ne sert à rien. Notre objectif c’est d’offrir une alternative, je pense que nos concitoyens attendent cela depuis bien longtemps, à nous de saisir cette opportunité. C’est donc pour cela que nous partons dans un esprit combatif !

---

Le Parti Radical s’élance donc dans la campagne avec des ambitions élevée et notre devoir c’est de l’y encourager. Tous nos lecteurs le savent, le Parti Radical représente l’avenir.

C’est donc avec pas moins de 105 candidatures pour le Grand-Conseil et 3 candidatures pour le Conseil d’Etat que le PR cherchera les suffrages populaires. Un fait rarissime depuis bien longtemps, car il faut remonter aux élections 1962 pour retrouver un chiffre dépassant les 100 candidats, et à l’époque le PR avait fait entrer 64 députés et il disposait encore de 2 Conseiller d’Etat.

Souhaitons maintenant que l’avenir nous donne d’aussi bon résultats ![/font]

Avatar de l’utilisateur
Germanique
Messages : 18
Inscription : 04 juin 2020 14:15

Re: Presse des Ârpes

Message par Germanique »

Image



Politique

Les Radicaux se lancent dans la courses aux élections nationale
Stratégie ambitieuse ou désastreuse ?


Lors de leur assemblée, les délégués du parti Radical ont pris la décision d'attaquer frontalement les sièges Catholiques-Conservateurs au parlement. La présidente du parti, Mme Bornet, c'est fendu d'un réquisitoire contre le PCC, arguant ne plus vouloir être à la traine du parti majoritaire.

Bien mal devrait lui en prendre, car Mme Bornet ne doit pas oublier que le PCC n'a jamais remis en question la représentation des radicaux au gouvernement. Cette attitude pourrait bien être revue lors du prochain congrès du PCC. Le président de ce dernier, M. Serge Mariéthoz , que nous avons joint après l'assemblée nous fait le commentaire suivant : "Il est dommage que les représentants du PR ne voient en nous qu'un adversaire à abattre alors que nous sommes partenaires depuis de nombreuses années sur tant de dossier. Je comprends que pour les électeurs il faut parfois hausser le ton, cela fait bon genre lorsque l'on est une novice en politique. Cependant avant de frapper il faut toujours se veiller d'avoir les bonnes armes."

Alors que depuis longtemps les listes radicales bénéficient de nombreux apports de la part des Catholiques-Conservateurs, cette nouvelle stratégie ne se révèlerait-elle pas plutôt comme un désastre au final ? Il y a fort a parier que les électeurs ne seront pas dupes et ne seront plus aussi généreux que par le passé.

Culture

L'Echo du Scex-rouge à l'honneur - Bastien Vaudan jeune prodige

La Fanfare de l'Echo du Scex-rouge, de Somproz, a l'honneur de compter dans ses rangs le plus jeune champion de cornet de l'histoire. En effet, Bastien Vaudan, 10 ans, à remporté le titre national lors du Concoure national des jeunes musiciens. Avec un morceau spécialement composé pour lui par le compositeur Edouard Odermatt, le jeune Bastien a ébloui les juges, puis c'est avec la note de 9.5 sur 10 lors du morceau imposé, qu'il a finalement mis un terme à toute contestation.

Heureux et surpris de son résultat il n'en est pas moins fier et attribue sa réussite au "Travail et à la passion". A notre question de savoir comment il voyait son avenir, ça réponse fût : "En musique bien sûr ! J'aimerais beaucoup intégrer le Brass-Band l'Arpienne et partir en tournée avec eux autour du monde. Ce serait formidable !" Nous lui souhaitons évidemment plein succès dans ce projet.

Nous profitons de cet article pour vous rappeler que du 6 au 8 juin aura lieu la Fête Nationale des Musiques et que vous aurez l'occasion de rencontrer les meilleures fanfares du pays.

Sports

Football

Dimanche ont eu lieu les deux 1/2 finales de la Coupe des Ârpes.

La première 1/2 finale opposait le FC St-Germain (LNA) au CS Rière (LNA) avec un score assez logique pour le champion en titre qui bât le CS Rière sur le score de 3 à 1. Le CS Rière n'a pas démérité et c'est même lui qui ouvre la marque après 10 minutes de jeux, mais il n'a pu que constater la nette domination du club le plus titré de la coupe, qui après avoir ramené le score à 1 partout en entame de seconde mi-temps à marqué très rapidement les 2ème et 3ème buts en un intervalle de 5 minutes.
Buts de Julien Michellod et Martin Bourban (2) pour le FC St-Germain et de Lucas Barras pour le CS Rière.

La deuxième 1/2 finale opposait quant à elle l'Etoile de Chamierre (LNA) à la surprise de cette édition de la coupe, le FC Produit, pensionnaire de 2ème ligue (NDLR : 4ème échelon du football ârpien). Alors que l'Etoile de Chamierre partait favorite et menait sur le score de 2 à 0 à la mi-temps, le petit poucet de la coupe a rééditer son exploit du tour précédent en renversant la vapeur et en s'imposant 2 à 3 à l'issu du match.
Buts de François Zufferey et Alain Epiney pour l'Etoile de Chamierre et de Julien Buchard (2) et André Michel pour le FC Produit.

La finale verra donc s'affronter le FC St-Germain au FC Produit le 25 mai au Stade des Ârpes à St-Germain.

D'avance pardon pour ces nouvelles anecdotiques en rapport à ce qui peut être fait dans d'autres nation !

Verrouillé

Revenir à « Ârpes »