[Services Secrets] 国家安全局

Ventélie 95
Avatar de l’utilisateur
Hobbes
Messages : 924
Inscription : 05 févr. 2020 12:58
NJ : Shidao
NJ V4 : Soverovie, Zeederland, Ennis
Première date d'inscription : 15 février 2017

[Services Secrets] 国家安全局

Message par Hobbes »

国家安全局
Bureau de la Sécurité Nationale


Image


Le Bureau de la Sécurité Nationale (国家安全局), également surnommée "Ju", est l'agence civile de renseignement extérieur de la République du Shidao. Elle est chargée de:
  • la recherche et le recueil des renseignements
  • l'analyse et l'exploitation du renseignement
  • les opérations clandestines
  • le contre-espionnage et la contre-ingérence
Fondée en 2041, peu après la chute du régime dictatorial, le Ju est sous l'autorité directe du Premier Ministre et dirigée par un directeur nommé par ce dernier.
Elle est l'un des trois services de renseignement shis avec la Police Intérieure (内部警察), aussi appelé "Jingcha", le service de renseignement et de sécurité intérieurs placé sous la responsabilité du Ministre de l'Intérieur; et la "Quatrième Armée" (第四军), aussi appelé "Diseu", le service de renseignement et de sécurité militaires placé sous la responsabilité du Ministre de la Défense.
Contrairement aux autres institutions nationales dont les deux autres agences de renseignement, les objectifs, la structure et les pouvoirs du Ju sont exemptés des lois constitutionnelles de la République du Shidao. Son activité est soumise à des procédures secrètes.

Depuis 2041, le Directeur actuel du Ju est Mao Yin.
Image

Avatar de l’utilisateur
Hobbes
Messages : 924
Inscription : 05 févr. 2020 12:58
NJ : Shidao
NJ V4 : Soverovie, Zeederland, Ennis
Première date d'inscription : 15 février 2017

Re: [Services Secrets] 国家安全局

Message par Hobbes »

SECRET DEFENSE

Image

RAPPORT D'ÉTUDE
Quelles possibilités pour la République du Shidao en 2043?
(Partie I)



SITUATION ACTUELLE
Petite île densément peuplée située au centre-est de la Ventélie, la République du Shidao n'est pas, à l'heure actuelle, une puissance ventélienne. Elle n'est même pas une puissance régionale. Ceci n'est évidemment pas une surprise car cela s'explique essentiellement par les longues années d'isolationnisme diplomatique mais également par la chute du régime autoritaire. S'il est certain que celui-ci n'agissait aucunement en faveur du rayonnement international shi, il est évident que sa chute - même si celle-ci s'est produite dans un calme relatif - a entrainé un affaiblissement du Shidao, réduisant davantage l'aura du pays.
Mais est-ce que le Shidao a les moyens de s'imposer comme puissance régionale? Voir mondiale? Et si oui, de quelle manière? Dans le cadre de cette étude, nous allons nous pencher sur 6 volets: la diplomatie, la démographie, l'avancée technologique, le domaine militaire, le domaine culturel et l'économie.

DIPLOMATIE : Mollesse et opportunité risquée
Bien évidemment, du fait de la très longue période d'isolationnisme diplomatique qui prend lentement fin et du fait du récent changement de régime politique, le réseau diplomatique shi est extrêmement faible, pour ne pas dire inexistant. En effet, le pays ne dispose de plus aucun traité bilatéral avec des nations étrangères.
De plus, le caractère progressif et prudent de l'ouverture diplomatique du Shidao fait craindre que la constitution d'un réseau diplomatique par le Shidao ne soit particulièrement lent et donc, le pays ne pourrait pas efficacement rattraper un "retard" qu'elle a accumulé vis-à-vis des autres nations du monde et, plus spécifiquement, vis-à-vis de ses voisines.
En conséquence, à moins d'un renforcement du processus visant à mettre fin à l'isolationnisme shi, le pays ne peut a priori pas espérer bénéficier d'un important réseau diplomatique qui lui permettrait de se hisser comme puissance diplomatique régionale et mondiale.

Néanmoins, la situation géographique de l'île et les actuels conflits et tensions secouant le monde pourraient permettre à la République d'être un acteur important de la scène géopolitique mondiale et ce, malgré la faiblesse de son réseau diplomatique, ce qui lui permettrait indubitablement de renforcer sa "valeur" diplomatique.
En effet, pratiquement située en plein coeur de l'Organisation de Coopération de Chenzhou, la République pourrait se rapprocher de la jeune Ligue de Défense des Nations, ennemie potentielle de l'organisation ventélienne, ce qui lui permettrait de devenir un avant-poste de choix en cas de conflit entre les deux organisations. Un tel statut permettrait au Shidao d'avoir un rôle particulièrement important sur la scène internationale mais en contrepartie, cela la fera être entourée de nations hostiles et, en conséquence, de se mettre au ban des nations ventéliennes avec toutes les conséquences négatives qui vont avec (et sans parler du fait que, en cas de conflit armé entre les deux organisations, le Shidao deviendrait un champ de bataille).

Ainsi, si nous ne pouvons qu'attirer l'attention sur le fait que le pays pourrait s'imposer sur la scène internationale en se rapprochant de la Ligue de Défense des Nations, nous ne pouvons que conseiller les responsables politiques à préférer le renforcement du processus d'ouverture diplomatique s'ils désirent permettre au Shidao de jouir d'un certain statut à l'international.

DÉMOGRAPHIE : Densément peuplée mais naine ventélienne
Le Shidao est indubitablement une des nations les plus densément peuplées du monde. Avec une densité de 597,53 habitants au kilomètres carré, le pays est - par ailleurs - particulièrement urbanisé, notamment sur les côtes. Cependant, malgré cette densité importante, le pays est relativement peu peuplé si on le compare aux autres nations ventéliennes et même, si on le compare aux autres nations du monde.

Si l'on se concentre sur la Ventélie, le Shidao est seulement le 9ème pays le plus peuplé (sur 14 pays diplomatiquement actifs). Cette situation s'explique-t-elle uniquement par le fait que la Ventélie est une des régions les plus peuplées du monde? Le Shidao ne serait pas un nain démographique à l'échelle mondiale mais un nain si on le compare aux géants qui l'entourent?
Il est vrai que la Ventélie est particulièrement peuplée mais le Shidao reste un petit pays démographiquement parlant à l'échelle mondiale. En effet, la République du Shidao est le 46ème pays le plus peuplé du monde... sur 71 nations diplomatiquement actives.

Ainsi, avec ses près de 17 millions d'habitants, la République présente une démographie modeste ce qui fait que le pays ne peut espérer s'imposer comme puissance démographique et ce, aussi bien à l'échelle régionale que mondiale. Il s'agit par ailleurs d'une situation que le pays ne peut espérer améliorer pour la simple et bonne raison qu'il est déjà très densément peuplé et qu'une politique qui viserait à faire augmenter la démographie nationale serait une politique dangereuse pour le Shidao car, manquant de place, divers problèmes complexes pourraient survenir comme une hausse colossale du prix de l'immobilier. Le Shidao est donc condamné à rester une nation à la démographie modeste.
Image

Avatar de l’utilisateur
Hobbes
Messages : 924
Inscription : 05 févr. 2020 12:58
NJ : Shidao
NJ V4 : Soverovie, Zeederland, Ennis
Première date d'inscription : 15 février 2017

Re: [Services Secrets] 国家安全局

Message par Hobbes »

SECRET DEFENSE

Image

RAPPORT D'ÉTUDE
Quelles possibilités pour la République du Shidao en 2043?
(Partie II)



TECHNOLOGIE : Un retard rattrapable
Si l'on se penche sur le volet technologique et si on se limite strictement à la Ventélie, le Shidao se fait rapidement remarquer par son retard technologique dans plusieurs domaines. En effet, l'isolationnisme shi a eu des conséquences néfastes sur le progrès et la recherche car limitant les échanges universitaires et l'accès aux informations académiques étrangères. De plus, l'ancien régime ne considérait pas la recherche comme un secteur si important et lui dédiait un budget assez risible. Néanmoins, il nous faut souligner la compétence des chercheurs shis qui sont parvenus, malgré ces handicaps majeurs, à permettre au Shidao de ne pas être trop distancé car oui, si le Shidao est très clairement en retard technologiquement parlant par rapport à ses voisins, ce retard est encore rattrapable, surtout si le pays fait le choix de se spécialiser dans des domaines précis.

Et force est de constater que c'est le choix qui a été fait par le gouvernement actuel, la politique scientifique nationale étant résolument tournée vers le développement du secteur spatial, un secteur où le retard shi est relativement faible et où les retombées diplomatiques peuvent être colossales. Il va de soi qu'une super-spécialisation de la recherche nationale peut mener à d'autres difficultés dont la plus évidente est l'accroissement du retard shi dans les autres domaines. Hélas, si la politique scientifique s'acharnait à vouloir rattraper le retard shi dans l'ensemble des disciplines, il est plus que probable que cela ne permette - au mieux - qu'une cristallisation de la situation shi. Comme dit l'adage, il vaut mieux ne pas courir après plusieurs lièvres. Ainsi, la super-spécialisation de la recherche nationale est un mal nécessaire pour le court et moyen terme et doit être maintenu au moins jusqu'à ce que le Shidao puisse s'imposer comme leader dans un domaine scientifique précis. Précisons tout de même que la super-spécialisation n'est pas un principe entièrement suivi par le gouvernement actuel qui, sans doute dans une volonté de limiter les défauts de cette stratégie, a entrepris de soutenir des recherches dans le domaine de l'électronique et de l'environnement.

Malgré ce portrait sombre, il nous semble important de préciser que le Shidao jouit néanmoins d'avantages pour certains domaines précis comme la cryptographie où le pays peut se targuer d'être une des seules nations du monde à exceller dans ce domaine avec les Madelines; ou encore comme l'architecture où la République est la seule nation - avec l'Aiglantine - à disposer des compétences nécessaires pour bâtir des gratte-ciels d'une hauteur supérieure à 500 mètres. Ainsi, s'il est vrai que le portrait général du Shidao dans le domaine technologique affiche un retard regrettable mais rattrapable, le pays dispose d'une avance dans certains domaines.

MILITAIRE : Une armée inadaptée
Fort d'une armée de 135 000 hommes, le Shidao est loin d'être une nation militariste. En effet, son armée de terre est faiblement équipée avec quelques 500 chars obsolètes, 200 artilleries obsolètes également et 125 canons antiaériens mobiles assistés de 60 systèmes à missiles antiaériens dont seulement 10 peuvent être considérés comme modernes. Ainsi, sa force terrestre est basée sur un matériel faible aussi bien qualitativement que quantitativement. Cette situation n'est pas due au hasard et comme bon nombre de difficultés soulevés dans le cadre de cette analyse, elle trouve son explication dans la politique du précédent régime qui, dans le cadre de sa ligne diplomatique isolationniste et neutre, a fait le choix d'une armée orientée spécifiquement vers la sacralisation du territoire national.

Cela se constate aisément quand on compare la force terrestre aux forces navale et aérienne. La première constitue indubitablement la composante la mieux armée de la défense shi. Avec 5 croiseurs modernes, 15 frégates modernes, 10 sous-marins obsolètes et 65 navires d'attaque rapide (dont 20 modernes), il apparait clairement que c'est la marine qui absorbe la majeure partie du budget militaire shi. Cela était entièrement voulu par le régime précédent qui a préféré opter pour une défense qui s'appuierait quasi-exclusivement sur l'aspect aérien et naval. L'objectif en cas de conflit était de défendre le territoire national en empêchant l'ennemi de poser le pied sur l'île. Ainsi, il n'était pas nécessaire de jouir d'une armée terrestre puissante mais plutôt de privilégier une marine et une force navale efficace et importante. Avec une flotte de 165 avions de combat (dont 50 modernes), 150 hélicoptères de combat (dont 100 modernes) et 200 hélicoptères de transport (sans parler des 10 bombardiers), l'aviation s'est vue attribuée pour mission de participer à la sacralisation de l'île mais aussi de permettre un déploiement rapide de forces terrestres par la voie des airs en cas de faille dans le dispositif défensif shi.

Bien évidemment, si cette politique défensive peut être pertinente dans le cadre d'un isolationnisme intégral couplé à une neutralité diplomatique, celle-ci devient inadaptée au regard du souhait shi de s'ouvrir au monde. En effet, cette ouverture diplomatique va indubitablement mener le Shidao à sceller des accords militaires. Or, en l'état actuel, l'armée du Shidao ne peut permettre au pays de remplir de tels devoirs car elle manque cruellement de capacités de projection et de "puissance" sur terre qui est - ne l'oublions pas - la base de tout affrontement.
A l'heure actuelle, le gouvernement peine à réformer la politique défensive shi suite à des désaccords au sein de la majorité gouvernementale. Selon nous néanmoins, le Shidao pourrait opter pour deux approches différentes dont le choix doit bien évidemment être déterminé par la ligne diplomatique. La première approche est la transformation de l'armée shi en armée de soutien, c'est-à-dire, faire en sorte que l'armée shi soit spécialisée dans l'assistance d'alliés. Si cela aurait pour conséquence de rendre la défense nationale relativement dépendante de l'étranger (car l'armée nationale ne serait pas bâtie pour prendre la tête d'un conflit ou mener un conflit seul), cela aurait pour avantage de faire du Shidao, un partenaire non-négligeable dans le cadre d'une intervention militaire et donc, d'en faire un allié apprécié. Bien entendu, il va de soi qu'une telle approche demande que le Shidao s'inscrive dans une relation d'alliance avec d'autres nations et même de préférence, au sein d'une organisation disposant d'un volet de coopération militaire.
La seconde approche est de doter l'armée shi d'une capacité de projection. Il s'agit sans aucun doute de l'approche la plus couteuse au niveau économique car elle consiste en un renforcement de l'ensemble des composantes de l'armée afin que le pays puisse se permettre d'agir à l'étranger tout en étant capable de défendre son territoire. De plus, cela passe également par l'achat d'un porte-avions ainsi que de navires supplémentaires qui seront chargés de le défendre mais aussi par l'achat d'avions qui devront équiper le porte-avions. L'avantage de cette approche est l'indépendance de la défense shi car le pays n'aurait pas besoin d'une autre nation pour entreprendre des interventions à l'étranger. Cependant, nous tenons à le repréciser, la contrepartie est que le budget alloué à l'armée devra augmenter et ce, de manière importante.
Image

Avatar de l’utilisateur
Hobbes
Messages : 924
Inscription : 05 févr. 2020 12:58
NJ : Shidao
NJ V4 : Soverovie, Zeederland, Ennis
Première date d'inscription : 15 février 2017

Re: [Services Secrets] 国家安全局

Message par Hobbes »

SECRET DEFENSE

Image

RAPPORT D'ÉTUDE
Quelles possibilités pour la République du Shidao en 2043?
(Partie III - Finale)



CULTURE : Culture méconnue et en voie d'extinction
Soumis pendant des années et des années à une culture rigidement contrôlée par le régime précédent, la population shi - et notamment les jeunes - a totalement succombé aux charmes des cultures étrangères lors de l'avènement de la Seconde République et, plus précisément, elle a succombé aux cultures des autres puissances ventéliennes - notamment celle du Chikkai (ce qui explique sans aucun doute l'écart générationnel croissant entre les anciens s'opposant au Chikkai et les jeunes voyant cette nation positivement). Ainsi, à l'heure actuelle, le Shidao est submergé par des produits culturels étrangers et son secteur culturel en souffre terriblement et ce, au pire moment, car - goutant enfin à la liberté - il peine à se recréer. Cela fait craindre une domination culturelle étrangère sur le pays, ce qui constitue une menace car une telle main-mise influencerait indubitablement la politique shi, du fait de sa nature démocratique.

Malheureusement, pour le moment, le volet culturel ne semble pas être la priorité - ou même, une des priorités - du gouvernement, celui-ci privilégiant exclusivement l'économie, la recherche et la diplomatie. Seul le domaine linguistique a suscité l'intérêt du pouvoir politique. En effet, nous pouvons mentionner les Instituts Shen Dao, du nom du célèbre philosophe et penseur shi, qui font la promotion de la langue nationale à l'étranger (et également de la culture shi mais dans une moindre mesure à l'heure actuelle). Nous pouvons également signaler la très ambitieuse politique entreprise depuis 2041 avec l'instauration d'une écriture simplifiée pour le mandarin shi, écriture remplaçant le système dit "traditionnel" afin de faciliter l'apprentissage et l'accès aux études supérieures. Enfin, nous pouvons également mentionner la reconnaissance de la langue teiko sur le sol shi, ce qui permet au pays de renforcer sa richesse culturelle.

Cependant, axée essentiellement sur le domaine linguistique, il est fort peu probable que la politique culturelle shi soit suffisamment efficace pour contrer la domination culturelle étrangère. Certes, des initiatives privées existent comme le service de streaming annoncé par Jiejin mais, sans soutien direct de l'État, ceux-ci ne serviront qu'à retarder l'inévitable: la marginalisation de la culture shi. Tout n'est cependant pas perdu. En effet, de nombreux shis restent attachés à la culture nationale et font montre d'une certaine forme de patriotisme en refusant de privilégier aveuglément la culture étrangère. Dès lors, si une politique culturelle ambitieuse était mise en place, la culture shi pourrait sans aucun doute retrouver une place privilégiée sur le territoire national et également, s'imposer à l'étranger. En ce qui concerne le contenu de cette politique culturelle ambitieuse, plusieurs pistes peuvent être envisagées: plus important soutien financier à la culture, tax-shelter pour le domaine cinématographique et musical, faciliter l'accès aux oeuvres culturelles shis, ...etc. Les solutions ne manquent pas.

ÉCONOMIE : Le cheval où tout miser?
Si le Shidao a du potentiel pour se faire une place sur la scène internationale dans la quasi-totalité des secteurs étudiés jusqu'à présent, celui où ce potentiel est le plus important semble sans conteste le domaine économique. En effet, notre pays jouit - à l'heure actuelle - d'un niveau de vie déjà confortable comparé au reste des nations du monde. Sans être une grande puissance économique, notre pays peut se vanter d'être au-dessus de la moyenne mondiale en terme de PIB et bien au-dessus de celle-ci pour ce qui est du PIB/habitant. Notre pays part donc d'un relatif bon niveau mais, en plus de cela, il dispose d'une main-d’œuvre abondante - le pays souffrant d'un taux de chômage assez élevé - qui peut soutenir aisément toute croissance économique. A cela, il convient d'ajouter que cette main-d’œuvre peut être renforcée par les femmes shis qui sont majoritairement cantonnées au rôle de femme au foyer. Ainsi, si nécessaire, notre pays pourrait libérer sur son marché national, un nombre important de travailleuses, ce qui profitera grandement à l'économie nationale.

En plus de ces deux avantages, notre pays dispose d'un savoir-faire pertinent dans le domaine de l'électronique, de l'informatique, de l'ingénierie et du domaine spatial. Il dispose également d'un secteur financier et bancaire prospère et qui, à l'instar de l'ensemble des secteurs économiques nationaux, devrait grandement profiter de la fin de l'isolationnisme politique shi. Selon plusieurs experts, les étoiles s'alignent pour le Shidao et il est fort probable que notre pays connaisse un deuxième "Miracle Shi" qui pourrait lui permettre de rapidement devenir une puissance économique ventélienne et même mondiale. Si les politiques prévues par le gouvernement avec "Chao 2048" fonctionnent comme espérées, cela devrait donner un coup d'accélérateur à l'économie nationale, ce qui permettra au Shidao de s'imposer. Cette imposition pourrait prendre différentes formes - au regard des différents secteurs majeurs de l'économie nationale - mais la plus probable est que la République pourrait devenir la Banque de Ventélie, ce qui la placerait sans aucun doute comme un acteur de premier plan sur la scène régionale et mondiale.
Image

Avatar de l’utilisateur
Hobbes
Messages : 924
Inscription : 05 févr. 2020 12:58
NJ : Shidao
NJ V4 : Soverovie, Zeederland, Ennis
Première date d'inscription : 15 février 2017

Re: [Services Secrets] 国家安全局

Message par Hobbes »

TRÈS SECRET DEFENSE

Image

PROJET
轻风
"Légère Brise"
03 septembre 2043



CONTEXTE
La question des armes de destruction massive (ou ADM) est de plus en plus présente sur la scène internationale et ce, pour une raison très simple mais particulièrement préoccupante: le nombre d'États étrangers désirant en posséder est croissant. Si, à l'heure actuelle, la Britonnie est la seule nation à avoir ouvertement tenté le développement de la bombe A, il est plus que probable que le Karmalistan se soit également lancer dans l'aventure ainsi que d'autres nations encore dissimulées par les ombres.
Cette situation est un prélude à l'apparition d'une classe d'États sur la scène internationale, une catégorie de nations qui seront capables d'agir librement, en faisant fi des souverainetés nationales et des conventions multilatérales. Face à cette prévision, il est nécessaire que la République du Shidao ne se laisse pas distancer au nom de principes, certes honorables.

Notre pays est - à l'heure actuelle - incapable de développer une arme atomique. Nos connaissances et compétences dans la physique nucléaire sont purement théorique, nous ne disposons d'aucune infrastructure permettant la recherche nucléaire, ... notre génie nucléaire est proche du néant. Ainsi, il est peu probable que la République parvienne à obtenir la bombe A avant qu'il ne soit trop tard, c'est-à-dire, avant que cette classe d'États émerge. Néanmoins, la bombe A n'est pas la seule arme de destruction massive. S'il est vrai qu'elle est sans doute la plus impressionnante, elle n'est pas la plus dangereuse.
En effet, ce titre revient sans aucun doute aux armes bactériologiques qui peuvent lancer des épidémies violentes. Mieux encore, celles-ci ont l'avantage - contrairement aux armes nucléaires - de ne pas détruire les infrastructures et d'être également moins onéreuses à produire. Hélas, à l'heure actuelle, notre pays ne dispose pas encore des compétences et connaissances nécessaires pour le développement de telles armes. Cependant, contrairement à la situation avec la bombe A, le développement sera plus rapide. Ainsi, il est possible que le Shidao parvienne à développer de telles armes et à en acquérir un stock suffisant avant que la classe d'États tant redoutée n'apparaisse. Mieux, cela nous permettrait d'en faire partie. A la demande du Premier Ministre, il a été demandé qu'une équipe de recherche hautement sécurisée soit mise sur pied afin de développer le plus rapidement possible de telles armes. Conformément à ses instructions, le Ju a débuté les travaux de préparation et de sécurisation du projet qui devrait débuter dans les prochains mois.

Il existe une troisième catégorie d'armes de destruction massive: les armes chimiques. Celles-ci sont également très dangereuses et ont l'avantage notable de pouvoir être développée par la République, celle-ci disposant de tout le génie chimique nécessaire pour en développer. Bien évidemment, il s'agit de connaissances et de compétences à la portée de tout État mais il est possible de développer des agents chimiques plus spécialisés et plus performants. Le développement de tels agents pourraient être envisagé dans le futur mais, à l'heure actuelle, si recherche il doit y avoir, celle-ci sera biologique.
Néanmoins, le Premier Ministre a exigé que des travaux préparatoires soient réalisés afin que notre pays puisse disposer d'un centre de production de charges chimiques qui pourront équiper des engins balistiques. Ce centre devra être - à l'instar du centre de recherche biologique à venir - extrêmement sécurisé et secret. Cette production doit rester secrète afin de pouvoir être révélée quand cela sera nécessaire, pour prendre par surprise nos ennemis ou les États qui - dotés d'un arsenal atomique - se prendrait à nous imposer leurs intérêts. Elle doit également rester secrète pour préserver la réputation et le juste combat de notre pays contre la prolifération de telles armes.

ORDRES
Le développement d'une arme biologique faisant l'objet d'un autre projet, des ordres spécifiques ont déjà été données aux équipes habilitées par le biais d'un autre document crypté. En conséquence, le présent projet ne concerne que la production de charges chimiques qui devra débuter - au plus tard - au mois de mars 2044.

Voici les ordres pour le Projet "Légère Brise":
  • Recherche d'un site militaire pertinent et respectant les normes de sécurité requises.
  • Recherche d'un personnel qualifié et pertinent, respectant les normes de sécurité requises, pour la gestion du site et pour la production.
  • Recherche des outils et machines nécessaires pour une production industrielle des charges.
  • Recherche d'un personnel de recherche, respectant les normes de sécurité requises, afin de définir les agents chimiques qui seront utilisés.
Image

Répondre

Revenir à « Shidao »